(Extrait) “Remettre la honte à sa place” par Maurice Berger

 Paris, place de la Concorde, le 6 juin pendant la manifestation contre le racisme et les violences policières interdite par la préfecture. ©SA HARSIN/SIPA/00966017_000005

(Extrait d’un article de Causeur) A propos des manifestations contre le supposé racisme des Français qui ont suivi l’affaire George Floyd aux Etats-Unis, le pédopsychiatre Maurice Berger appelle à remettre la honte à sa juste place.


Depuis plusieurs mois, le thème de la honte tourne dans les médias à propos des événements concernant le supposé racisme de notre société. Yannick Noah regrette le silence des sportifs blancs après la mort de George Floyd. Les policiers devraient avoir honte, et de manière générale les Français, les blancs.

A l’inverse de la phrase d’Andy Warhol, « tout le monde aura son quart d’heure de célébrité », tout le monde-blanc doit avoir son quart d’heure de honte. Honte aux policiers, honte à notre société raciste, honte à la France. Les «quartiers» et diverses organisations militantes s’engouffrent dans cette culpabilité que nous devrions éprouver collectivement.

Mais les choses ne sont pas si univoques. Je n’ai pas honte de ne pas avoir honte, voilà pourquoi. Lire la suite.