Le maire socialiste de Rouen veut remplacer une statue de Napoléon par celle de Gisèle Halimi

Nicolas Mayer-Rossignol a sans doute un problème de vis-à-vis. Ou plus sobrement, un problème avec l’Histoire de France. En face de l’hôtel de ville, sur la place du Général de Gaulle, trône la statue équestre de Napoléon depuis 155 ans.
L’idée du maire de gauche? Déplacer la statue ailleurs (donc pas sous ses fenêtres), pourquoi pas sur un île (tiens, tiens…) et la remplacer par, selon l’expression de l’édile, « une figure féminine ». Et cette volonté se fait clairement dans une volonté idéologique plus qu’autre chose d’après le socialiste:

« La question de l’égalité femmes/hommes est centrale et doit se traduire dans les actes : j’assume la portée symbolique de cette proposition »

Nicolas Mayer-Rossignol, maire de Rouen

La proposition du maire sera donc mise sur la place publique via une consultation pour savoir s’il faut que l’empereur ne soit remplacé par – allez au hasard – une femme de gauche comme Gisèle Halimi?

Installée en août 1865, la fragilité de la statue en bronze (qui provient de canons saisis lors de la bataille d’Austerlitz) l’a conduite à être placée en réfection depuis le 24 juin 2020 à la fonderie Coubertin de Saint-Rémy-les-Chevreuse pour plusieurs mois. Elle a été réalisée par Gabriel-Vital Dubray (1813-1892) et son piédestal est signé Louis Desmarest. Cette statue ne semble poser d’autres problèmes que depuis que l’indigénisme a pris possession des esprits à gauche.

Lire aussi: une conférence sur Napoléon annulée.

Un commentaire

  1. tout ce qui est socialo sent très mauvais, les socialos puent de l’esprit, 100 millions de morts leur ont boucané le cerveau et ils aiment ça !!!!!

Laisser un commentaire