Affaire des eurodéputés du Modem: 4 ans d’enquête de police révèlent un « système » de détournement de plus d’1 million d’euros

Une note de conclusions de 29 pages lève le voile crument sur le présumé détournement de fonds européens au profit du Modem. Il s’agit d’une note de police en date du 14 avril 2021, consultée par l’AFP, concernant une affaire où François Bayrou ainsi que plusieurs eurodéputés (Neuf d’entre eux sont mis en cause dans le rapport) sont mis en examen depuis 2019.

Dans cette affaire, un certain nombre de personnalités, comme l’actuel ministre des relations avec le Parlement Marc Fesneau et ancien secrétaire général du Modem, sont aussi suspecté de recel et/ou de complicité de détournement de fonds publics. Et l’affaire ne sera pas jugée avant la campagne présidentielle. Le dossier est désormais sur la table de la juge d’instruction Noémie Nathan qui devrait procéder à de nouvelles mises en examen.

«Pour faire vivre son parti [NDLR: le Modem] et assurer son fonctionnement à moindre coût, François Bayrou et Marielle de Sarnez , épaulés par les cadres du parti ont mis au service de l’UDF, puis du MoDem, des assistants parlementaires rémunérés par le Parlement européen».

Les policiers anti-corruption enquêtant sur le Modem, Note du 14 avril 2021

Le préjudice subi par le Parlement européen par ce système de « double contrat de travail » (au Parlement Européen et au Parti) s’élèverait à 1 million d’euros.

Un commentaire

Laisser un commentaire