La « maladresse » des 171.000 euros omis par le ministre Alain Griset

Mise à jour du 12/10/2021 – Macron a fait sa révolution! Pour la première fois, un ministre en exercice doit être jugé par un tribunal correctionnel aujourd’hui.

Mise à jour du 22/09/2021 – Le procès du ministre Alain Griset, ministre délégué aux PME, pour « déclaration incomplète ou mensongère de sa situation patrimoniale » et « de ses intérêts » par le tribunal correctionnel est renvoyé au 12 octobre 2021.

Mise à jour du 16/02/2021 – On l’a appris par le biais du Canard Enchaîné. La semaine passée, des perquisitions se sont déroulées dans les appartements privés d’Alain Griset. Il est visé par deux enquêtes pour « abus de confiance« .

Le ministre Alain Griset, fils de métallurgiste, a grandi dans le Nord à Faches-Thumesnil dans la maison de sa grand-mère. Il rate son baccalauréat et conduit un taxi de nuit entre 1975 et 2000; c’est sa tante qui lui avait payé sa licence de taxi (20.000 francs en 1975). Ce métier lui permet de discuter avec beaucoup de monde. Après quelques années de lobbyiste pour la défense des petits commerces, il est élu à la tête de l’U2P (Union des entreprises de proximité) en 2017, avant de devenir Ministre délégué aux Petites et moyennes entreprises en 2020 d’un Président Macron qu’il avait pourtant critiqué lors de son entrée en fonction. Mais cette ascension sociale si mirifique s’arrêtera t-elle en plein vol?


Deux enquêtes ouvertes contre Alain Griset

Depuis hier, deux enquêtes ont été ouvertes par les parquets de Lille et de Paris pour explorer une déclaration de patrimoine largement sous-estimée, fait constaté par la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP) qui a saisi la justice pour «omission substantielle» de son patrimoine et soupçon d’«abus de confiance». C’est au Procureur de la Répubique de décider si ces enquêtes doivent déboucher sur des mises en examen.

Nommé ministre en juillet 2020, il avait alors procédé à sa déclaration d’intérêts et de patrimoine auprès de la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique (HATVP), comme tout nouveau membre du gouvernement, mais,

«Les déclarations d’Alain Griset (…) ne sont ni exactes, ni sincères» (…), il a omis de déclarer des «participations financières détenues dans un plan d’épargne en action (PEA), ainsi que le compte espèce associé, pour un montant total de 171.000 euros»

Communiqué de la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique

Cette Haute Autorité, créée par le scandale Cahuzac a déjà fait une victime dans la gouvernement Philippe : Jean-Paul Delevoye qui avait lui aussi omis de déclarer huit fonctions supplémentaires, dont la présidence passée du Conseil économique et social (Cese) ou la fonction d’administrateur de la Fondation SNCF.

Deux enquêtes sont ouvertes :
A Lille : les opérations sur le PEA font l’objet d’une enquête à la suite d’un signalement de la cellule anti-blanchiment Tracfin
A Paris : pour «omission de déclaration d’une partie substantielle de son patrimoine ou de ses intérêts»


L’argent du PEA provenait de la vente parts d’une SCI détenues par la Confédération nationale de l’artisanat et des services (CNAMS) Nord

Il fut à la tête de cette confédération entre 1991 jusqu’à sa nomination au gouvernement en 2020. Pensant sans doute étouffer l’affaire, la plus value de 192.000 € a été remboursée après son entrée en fonction.

Alain Griset reconnait :

 «Il a toujours été clair que cette somme et les plus-values du placement appartenaient à la CNAMS et qu’elles seraient libérées pour l’acquisition d’un nouveau bien», c’est un «acte maladroit» sans «volonté d’enrichissement personnel»

Alain Griset


« Malheureusement pour moi, j’ai une bonne mémoire, je ne suis pas lettres, mais en chiffres je suis imbattable »

Monsieur Griset a beau se vanter de sa mémoire en chiffres, comment explique t-il cet oubli? C’est étrange. Surtout quand sa ligne de défense est d’expliquer qu’il a cherché à « éviter de communiquer un montant erroné des sommes qui s’y trouvaient ». Rappelons que sous la présidence d’Emmanuel Macron, 13 ministres ont dû modifier leur déclaration de patrimoine. D’autres ont bénéficié de cadeaux, comme le ministre Olivier Dussopt

Laisser un commentaire