(Extrait) Manifestation des migrants: une provocation qui en dit long

« La souveraineté vantée par le gouvernement, ce n’est pas leur affaire » (Yves Mamou, 02/06/2020)


Plus de 5000 clandestins ont défilé samedi dans Paris, malgré l’interdiction de la préfecture et les risques sanitaires. La manifestation n’a pas été réprimée. Un tel laxisme démontre que le gouvernement n’entend pas infléchir une politique migratoire folle.

La répression est un marqueur des politiques publiques, c’est souvent un très bon révélateur. Quand les matraques s’abattent sur une population donnée, que les lances à eau de la police la refoulent, le pouvoir politique fait savoir qu’elle n’est pas «dans le même camp» qu’elle. Comme l’a dit un jour le préfet de police Lallement à une dame en gilet jaune. (Lire la suite sr Causeur.fr)

L’immigration a coûté 6,6 milliards à la France en 2019

C’est un rapport tout ce qu’il y a de plus officiel: Pour la Cour des Comptes, dirigée par un socialiste, Didier Migaud, tout ou presque dysfonctionne dans l’entrée, l’accueil et le séjour des étrangers en France. L’éloignement de clandestins n’était pas opérant avant même la crise du Covid-19.

Dans un audit inquiétant, les « Sages » chiffrent le coût de l’immigration à 6,6 milliards d’euros en 2019. Ainsi, la France a délivré 276.576 premiers titres de séjour à des ressortissants non européens soit une augmentation de 38% depuis les années Sarkozy. Le Figaro

Lire la suite

F-X. Bellamy à propos de la Turquie

Le président turc Recep Erdogan avait menacé l’Europe le 11 mars 2020 et singulièrement la Grèce, qui possède une grande frontière avec elle, de ne plus contenir les milliers de migrants qui sont entassés à sa frontière si l’Europe ne cédait sur toute une série de revendications politiques et économiques : assouplissement des règles des visas pour les turcs voulant entrer en Europe, assortie des modifications des règles douanières, l’accélération de l’adhésion de la Turquie à l’Union Européenne ainsi qu’une aide financière. Le leader déclarait ceci :

« Nous maintiendrons les mesures actuellement mises en place à la frontière jusqu’à ce que les attentes de la Turquie (…) reçoivent une réponse concrète »

Lire la suite