Aurélien Pradié dénonce la Start-up Nation de Macron

De 1984 avec Big Brother à 2020 avec Emmanuel Macron et ses godillots En Marche. Intervention d’Aurélien Pradié des Républicains à l’Assemblée Nationale dans la discussion sur l’application Stop Covid.


Hannah Arendt, politologue et journaliste allemande, qui a travaillé sur le totalitarisme, expliquait en 1974 une chose qui résonne fortement en cette période de désinformation, de fake news, autant sur la politique que sur l’environnement et bien d’autres choses :

Quand tout le monde vous ment en permanence, le résultat n’est pas que vous croyez ces mensonges, mais que plus personne ne croit plus rien. Un peuple qui ne peut plus rien croire ne peut se faire une opinion. Il est privé non seulement de sa capacité d’agir mais aussi de sa capacité de penser et de juger. Et avec un tel peuple vous pouvez faire ce qu’il vous plaît.


L’enfer est pavé de bonnes intentions

Français, abandonnez vos libertés. Ne résistez pas à la modernité, à la technologie. La start-up nation (NDLR: Emmanuel Macron a déclaré lors de sa campagne de 2017: «Une start-up nation est une nation où chacun peut se dire qu’il pourra créer une startup. Je veux que la France en soit une») s’occupe de vous. Chaque jour un peu plus, elle développe des outils qui affaiblissent nos libertés. Pour «notre bien». Cette époque me désespère et me révolte. (Aurélien Pradié, à l’Assemblée Nationale)

L’Application Stop Covid: le syndrome du Minitel!

Après l’accord de la CNIL hier, l’Assemblée Nationale vient d’adopter l’application Stop Covid avec 338 voix pour, versus 215 voix contre et 21 abstentions. Le Sénat en débattra ce soir à partir de 21h30. Si c’est validé, on devrait pouvoir installer l’application gratuite Stop Covid sur son smartphone dès ce week-end, enfin 70% de la population, c’est à dire grosso modo tout le monde sauf les personnes âgées, cible pourtant privilégiée du SARS-CoV-2 qui est seulement équipé à 40% avec cette technologie.

Lire la suite

Résumé de l’interview de François Baroin au Figaro (avril 2020)

François Baroin, le maire de Troyes et président de l’Association des maires a donné une interview au Figaro le 29 avril 2020 intitulée:

« La France n’a pas le droit de se tromper de chemin »

Il y parle de la crise du Coronavirus (beaucoup) et (un peu) des perspectives du monde d’après tant chanté par Emmanuel Macron, mais qui, s’il prend les traits d’une application liberticide, serait à rejeter.

Lire la suite