Pénurie de masques: le gouvernement Philippe savait depuis 2018

C’est apparu hier dans la presse après une enquête du magazine Challenges, et a été repris par Marianne. Dès 2018, Agnès Buzyn, savait pour la pénurie de masques, contrairement à ce qu’elle affirme devant les caméras en janvier 2020:

« Nous avons des dizaines de millions de masques en stock en cas d’épidémie, ce sont des choses qui sont d’ores et déjà programmées. Si un jour nous devions proposer à telle ou telle population ou personnes à risque de porter des masques, les autorités sanitaires distribueraient ces masques aux personnes qui en auront besoin. » Agnès Buzyn

La ministre savait depuis 2018

En réalité, la ministre avait un haut niveau d’information dès 2018, quand elle reçoit de Jérôme Salomon, le bras droit administratif du ministère de la Santé, une note à ce sujet, stipulant que le stock de masques était insuffisant en cas de pandémie grippale. Pour preuve supplémentaire, une synthèse demandée par le ministère de la Santé, au collège d’experts en santé publique constitué sous la mandature précédente, et rendue en mai 2019, recommandait à celle-ci notamment d’augmenter le stock de masques pour pallier à la péremption de nombre d’entre eux (voir sur ce sujet notre article). A cette époque, les usines de masques chinois tournaient à plein régime.


Des mensonges d’Etat?

Le nom de cette étude ne laisse pas la place à l’a-peu près : Stratégie de constitution d’un stock de contre-mesures médicales face à une pandémie grippale (le site de Santé Publique France). Le mot pandémie figure bien en toutes lettres. Commanditée par Santé publique France, dirigé déjà par le professeur Jérôme Salomon, ses conclusions sont éloquentes et dessinent le chiffre d’un milliard de masques.

Cela contredit par ricochet les propos tous récents du secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’économie Agnès Pannier-Runacher hier dans Les Echos qui arguait de la transparence de l’exécutif: “De surcroît, le scénario épidémique actuel n’avait pas été imaginé.

En cas de pandémie, le besoin en masques est d’une boîte de 50 masques par foyer, à raison de 20 millions de boîtes en cas d’atteinte de 30% de la population française. »

Des professionnels de santés mal protégés?

Lors du premier tour des élections municipales, alors que la pandémie courait déjà, des médecins s’étaient plaints de ne pas avoir reçu de masques. Rappelons que les chiffres des personnels de santé contaminés ne sont que très parcellaires, mais que l’on sait que 4 % des personnels de l’AP-HP ont été infectés, ce qui jette une lumière singulièrement trouble sur les propos d’Olivier Véran le 17 mars 2020 sur France Inter: « Nous avons assez de masques aujourd’hui (NDLR des FFP2) pour permettre aux soignants d’être armés face à la maladie et de soigner les malades. »

Notons enfin que plusieurs plaintes se sont accumulées ces dernières semaines non seulement contre X, mais également contre le gouvernement dans sa gestion de la crise, notamment contre Agnès Buzyn, Olivier Véran et Edouard Philippe, en vertu de l’article 223-7 du Code pénal ou au titre de « mise en danger de la vie d’autrui », « non-assistance à personne en danger » et « homicide involontaire ». Nul doute que ses révélations ne sont pas de nature à calmer cette tempête judiciaire.

Mise à jour du 28 avril 2020 confirmant nos informations: Contrairement à ce qu’affirme l’exécutif depuis le début de la crise, la doctrine visant à détenir un stock stratégique d’un milliard de masques était inchangée depuis dix ans. Alerté dès 2018 sur la pénurie, le ministère de la Santé n’a pas réagi. Libération

Laisser un commentaire