(Extrait) Prisons: les quatre impostures de Madame Belloubet

(Extrait d’un article de Causeur du 4 mai 2020) Difficile d’y échapper: depuis quelques jours une communication appuyée de la garde des Sceaux s’enorgueillit d’une «régulation» de la population carcérale en ce temps de crise sanitaire.

Avec 61.100 détenus pour 61.109 places, le taux d’occupation moyen des prisons s’établit tout juste à un taux de 100%. Brandi comme un trophée, encore récemment dans un entretien au Monde le 30 avril, ce triomphalisme de la chancellerie ne peut manquer d’étonner les différents acteurs de la sécurité intérieure, et au-delà tous ceux qui sont attachés de manière légitime aux droits et libertés, dont personne n’a le monopole.
Car la réalité est bien différente des communications de Madame Belloubet: la libération de plus de 10.000 détenus depuis l’entrée en état d’urgence sanitaire, est le résultat d’une quadruple imposture

  1. Imposture du mot: la régulation est valable en économie mais pas en termes de libertés et de détention
  2. Imposture des missions: la délinquance n’a pas disparu depuis le déconfinement, les bandes de voyous ont même compris qu’ils avaient « carte blanche »
  3. Imposture de l’ambition: La ministre a renoncé à construire 10.000 places de prisons supplémentaires.
  4. Imposture du Droit : L’ordonnance sur la détention provisoire a été bâclée et ne résistera pas à l’avis de la Cour de cassation.

Lire l’article complet

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s