Quand la gauche attise la haine raciale contre la Police

En une journée, deux faits divers concentrent à eux seule le venin de la haine de la Police portés par des artistes et des intellectuels, qui remettent systématiquement en cause le travail des fonctionnaire de police, les injurient et les stigmatisent.
Le tout avec le silence complice du ministre de l’intérieur Christophe Castaner, qui laisse se dérouler des outrages à la Police, des manifestations illicites et contraires aux règles sanitaires de sans-papiers ou de gens qui scandent « Tout le monde déteste la police » en pleine capitale. Et le tout avec une justice laxiste à souhait.
Ainsi, on découvre, au hasard des comptes-rendus de l’actualité, que, dimanche 30 juin 2020 dans ce beau pays de France:

Camélia Jordana prend le parti de l’agresseur

Un premier fait a eu lieu près du Pont Neuf, où une jeune femme qui se roule un « joint » se fait arrêter par une gardienne de la paix, qu’elle traite de « Sale pute! » et de « Bouffonne! », l’agresse physiquement, avant qu’une autre jeune femme présente sur les lieux ne lâche la phrase-totem des racialistes: «les policiers tuent des noirs dans toute la France». La tristement célèbre chanteuse Camélia Jordana, qui promenait son chien à quelques pas, est intervenue, et s’est dite choquée, mais seulement par le fait que la police essaie de faire son travail… L’agresseur de la femme policière a été relâchée dès lundi. (Valeurs actuelles, 2 juin 2020)


Il voulait que la Police passe pour des racistes sur Instagram

Un deuxième fait encore plus grave me semble-t-il a eu lieu dans le XVème arrondissement. Il nous rappelle que tout est bon pour inciter à la haine contre la police grâce aux réseaux sociaux pour certains activistes « racialisés » (le terme est de France Inter).
Selon Actu17, La Brigade Anti-criminalité de Paris XVème arrondisssement a intercepté un groupe de 5 individus, dont trois personnes, tous âgés entre 19 et 26 ans, portant des tenues de policiers, et deux autres individus, un caméraman et un Instagrammeur possédant 80.000 abonnés, se filmant pour simuler une « bavure policière ».

Les fautifs, qui possédaient un authentique uniforme d’un policier affecté à Paris, avaient décidé de simuler une arrestation arbitraire d’un noir au lieu d’un blanc à la sortie d’un supermarché G20, 104 rue Saint-Charles à Paris. Il s’agissait d’un tournage sans aucune autorisation d’aucune sorte qui avait clairement pour but de désigner la police française comme raciste.

Loïc Walder, délégué UNSA de la Police du 3ème district rappelle que la police française exerce ses missions avec sérieux et discernement et que:

« Certaines personnes mal intentionnées essaient d’utiliser ce drame (NDLR: la mort de George Floyd) afin de jeter le discrédit sur la police nationale française. Il est vraiment nécessaire de redoubler de vigilance quant au contenu que nous pouvons visionner en ligne ». (Loïc Walder)

Les malfaisants se sont fait une gloire de leur passage par le commissariat, filmant leur méfait, et, tous ont été libérés le lendemain, bien décidés à recommencer.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s