Nicole Belloubet promet une enquête en parquet massif!

Est-ce que l’analyse des factures détaillés (dites fadettes) de dizaines d’avocats les plus réputés de la place de Paris pendant six ans aurait permis d’identifier « la taupe » qui aurait averti prétudemment Nicolas Sarkozy et son avocat Thierry Herzog qu’ils étaient sur écoute? Rien n’est moins sûr…


La ministre de la Justice, Nicole Belloubet, a annoncé au Point ce mercredi 1er juillet 2020 qu’elle demandait l’inspection du PNF le plus rapidement possible. La semaine dernière, Eric Dupont Moretti était stupéfait d’apprendre que les fadettes des avocats avaient été épluchées pendant 6 ans mais aussi celle d’une magistrate et de quelques lignes fixes du PNF.
On a appris également aujourd’hui qu’une journaliste d’investigation du Canard Enchainé avait elle aussi, été mise sur écoute, illégalement (et se réserve le droit de porter plainte), toujours dans cette même affaire.


Coup de tonnerre dans l’affaire

La garde des sceaux, devant la politisation de cette affaire, a dû précipitamment demander un rapport à la Procureure Générale de Paris, autorité de tutelle du PNF, à l’époque dirigée par Eliane Houlette, révélant par ailleurs le 10 juin 2020 avoir subi de lourdes pressions dans l’affaire Fillon….

Hier, le rapport lui a été remis et  » Au vu des conclusions «  elle a demandé à l’Inspection générale de la justice de conduire une inspection de fonctionnement sur cette enquête.
Le temps presse puisque les conclusions devront lui être rapportées le 15 septembre 2020 au plus tard (Soit plus vite que la vitesse à laquelle Agnès Buzyn se faisait remonter des informations en amont de la crise du coronavirus).

« Cette inspection permettra de déterminer l’étendue et la proportionnalité des investigations effectuées et le cadre procédural de cette enquête. »


Les avocats ne restent pas de marbre

D’une part, Eric Dupond-Moretti, comme on l’a dit, lui même concerné dans cette affaires des fadettes a déposé plainte pour « violation de l’intimité de la vie privée et du secret des correspondances » et « abus d’autorité ».

D’autre part, le bâtonnier de Paris, Me Olivier Cousi, parlant d’une enquête « hors norme et inquiétante » prévoit lui aussi une action en justice.

La question de la dissolution du Parquet National Financier est tout à fait légitime au vu de cet imbroglio. Eric Ciotti, lui, a d’ores et déjà déposé une loi pour supprimer le Parquet natioanl Financier (Le parisien, 28/06/2020).

D’ailleurs qui l’avait crée ce PNF, sinon François Hollande suite à l’affaire Cahuzac?
Hier, le Syndicat de la Magistrature qui avait édifié le Mur des Cons avec le opposants de Monsieur Hollande, sent peut-être venir le vent du boulet en publiant une tribune dans Libé en demandant que l’on « protège le Juge ». Sans méconnaître qu’en s’auto-contrôlant avec la procédure de Madame Belloubet, la Justice ne s’est jamais incriminée elle-même. Et que les plaintes pour violation du secret de l’instruction, comme les plaintes de ceux qui ont été écoutés par François Mitterrand, sont tombées aux oubliettes de l’Histoire;

Laisser un commentaire