Dortmund: le migrant afghan pédophile, libéré en moins de 2 semaines, viole de nouveau

Il n’y a pas qu’en France que la Justice soit parfois déconnectée de la protection de ses citoyens les plus faibles. L’Allemagne s’est illustrée ce mois-ci avec une décision d’un juge des plus irresponsables.

Dans l’Etat de Rhénanie-du-NordWestphalie, la plus riche et la plus peuplée du pays, un réfugié afghan de 23 ans, dénommé Zubyr S., possédait un titre de séjour temporaire, pour loger à Dortmund. La police le connaissait défavorablement pour des affaires de fraudes et de possession de drogues. Il a arrêté le 20 juin 2020 pour le viol d’une fillette de 11 ans.


Le juge le libère quelques jours plus tard

Le procureur de Dortmund en charge de ce dossier, Borge Klepping, a ordonné le 3 juillet 2020, sa remise en liberté conditionnelle au motif qu’il avait des papiers en règle, qu’il n’avait pas de risque de quitter la ville pendant que la procédure judiciaire suivait son cours et qu’il n’ y avait, selon le magistrat, pas de risque de récidive.

Quelques jours plus tard, le 24 juillet 2020, Zubyr S. est soupçonné d’avoir récidivé en abusant d’une autre jeune fille de 13 ans qu’il avait repéré dans une aire de jeux en la violant dans un couloir d’un immeuble, à Dortmund et qui a pu rentrer chez elle et formellement l’identifier avant qu’il ne soit arrêté vers 3h30 du matin le lendemain.
A cette heure, on ne sait pas combien d’années de prison risque cet individu, ni quand il pourra repartir en Afghanistan. L’affaire a pris de l’ampleur en Allemagne, si bien que le ministre du Länder en charge des réfugiés, Joachim Stamp, a tonné: «Ce criminel repoussant ne doit pas seulement être puni, mais aussi renvoyé en Afghanistan après son emprisonnement» (Valeurs actuelles, 01/08/2020)

Dans cette région d’Hanovre, en février, un autre afghan de 22 ans avait avoué avoir violé une jeune fille handicapée de 11 ans avec deux complices, également migrants.

Laisser un commentaire