AccueilViolencesEnsauvagement(vidéo) Pour avoir demandé à 2 mineurs de porter le masque dans...

(vidéo) Pour avoir demandé à 2 mineurs de porter le masque dans un bus, l’infirmière se fait tabasser

Le témoignage de Lisa, l’infirmière de 30 ans qui a été tabassée dans un bus à Neuilly-sur-Marne par deux mineurs pour leur avoir demandé de mettre des masques, donne la mesure de l’état de « l’ensauvagement » de notre société, pour reprendre le mot de Gérald Darmanin. Et cela n’a pas commencé avec l’obligation du masque dans les transports.


Un « manque d’humanité »

Lisa confie à France Info le 13/08/2020 qu’elle a ressenti le manque d«civisme», «de respect» et «même d’humanité» de la part de ces deux jeunes, qui riaient et parlaient très fort. Elle s’est contentée de leur lancer, d’un ton badin: «Les loulous, on peut mettre le masque s’il vous plaît»?

Après les menaces de mort et de viol, et les insultes, sont venus les gifles, les coups de pieds, le saut à pieds joints sur la cage thoracique et le visage et enfin l’étranglement.

Lisa a été projetée d’un côté à l’autre du bus. Un déchaînement de violence qui n’a été entravée que par l’interposition d’une femme courageuse, suivie par d’autres passagers, puis l’intervention décisive de la police, réclamée par le chauffeur de la RATP.

Quelques jours après son agression, qui lui a valu 5 jours d’ITT (Interruption temporaire de Travail), Lisa présente toujours de «contusions, des bleus, des douleurs musculaires». (…) Elle a «encore mal au cou, l’un des deux m’a étranglée». Au moment des faits, personne ne savait qu’elle était infirmière. Elle souhaite aujourd’hui «ouvrir un petit peu les yeux» d’autres personnes «qui sont anti-port de masque» sur «la bêtise de leur démarche».


Les deux jeunes sont dehors

Le tribunal de Bobigny a précisé que les 2 jeunes de 16 ans, dont l’un des deux avait déjà été condamné pour des faits de violence et d’extorsion, ont été placés sous contrôle judiciaire dans l’attente de l’enquête, au lieu d’être placé en détention et mis en examen pour violences aggravées, comme le voulait les réquisitions du premier juge des enfants de Bobigny auquel ils ont présentés (Le Figaro, 13/08/2020).

Qu'avez-vous pensé du contenu de cet article ?

Cliquez sur une étoile pour voter !

Note moyenne 0 / 5. Nombre de vote(s): 0

Soyez la première/le premier à voter

Thomas Yves
Thomas Yves
Responsable éditorial de la Droite au coeur depuis 2020. Intérêts: livres, politique, géopolitique, économie, déconstruction, séparatisme islamique.
Autres articles de cette catégorie:

Laisser un commentaire

Articles les + populaires

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

+
%d blogueurs aiment cette page :