À Marseille, Ange est poignardé à 17 reprises par un groupe de 8 personnes

Dans le huitième arrondissement de Marseille, à côté du Rond-Point du Pardo, la violence s’est déchaînée samedi aux alentours de 23 heures. Un jeune de 19 ans, nommé Ange, se trouvait dans un groupe avec trois autres amis (un garçon et 2 filles), qui allait boire un verre, a été poignardé à 17 reprises par une bande d’au moins huit personnes.


Il voulait protéger son ami

Vers 23 heures, le groupe hostile s’en prend à un des amis d’Ange, qui, par réflexe, le protège et encaissera seul les coups. Sa mère témoigne de la violence de l’agression, parlant d’acharnement:

«Ils se sont acharnés. Ange s’est recroquevillé, d’où ses blessures sur le bras droit et sous ce même bras. Ils ont touché une artère et ont fini par le poignarder sur le devant, ce qui a causé l’hémorragie du poumon droit. (…) Deux transfusions sanguines ont été nécessaires.»

La mère d’Ange à La Provence

Les secours ont trouvé sur son corps douze plaies et le pronostic vital du jeune homme était engagé. Il a dû être opéré d’urgence une première fois, puis le lendemain du bras et de la main droite. Aujourd’hui mardi, il est toujours en service de réanimation.

«C’est une agression purement gratuite, Ange s’est interposé lorsqu’ils ont été abordés par ces sauvages. Son pote a tenté de le maintenir à distance pour éviter un débordement mais Ange est contre l’injustice et la violence gratuite.»

La mère d’Ange à La Provence

Le jeune homme qui travaille dans le bâtiment, était alcoolisé et aurait consommé des stupéfiants au moment de faits. Quant aux « ensauvagés », ils se sont enfuis. Un suspect mineur a été mis en garde à vue sans être sûr qu’il ait participé à cette agression en meute. L’enquête sur cette tentative d’homicide a été confiée à la sûreté départementale. Souhaitons qu’elle aboutisse avant que cette bande ne fasse d’autres victimes.


Marseille, un été de violences

A Marseille, les habitants témoignent de leur ras-le-bol face à la montée des violences. Dans le septième arrondissement voisin, un riverain livre son expérience: « C’est un enfer. Il y a des scooters, du bruit, de la musique, des pétards dans la maison. C’est de l’incivilité totale. Et ça, c’est jusqu’à 4h du matin. Je pense même déménager » (RMC, 08/08/2020).

3 commentaires

  1. MARRE!
    IL faut absolument retablir la Tolerance Zero , et en finir totalment avec cette horrible racaille !!!
    Tolerance Zero Sans attendre!!!

  2. Je réponds d abord au petit article de l homme voulant demenag.Cherchez bien vu q a Marseille,coins calmes sont de + en+ rares.Et police fait c q elle peut,et reste sur ses gardes,vu cette gde violence.

  3. ça ne se passe pas qu’en ville, , j’habite en campagne, un coin où les villages sont éparpillés au milieu des prés et forêts, distants de quelques km, le plus «  »gros » » fait un peu + de 2000 habitants, , je ne sors plus faire mon tour à pieds après la nuit, ayant eu à faire à des musulmans cinglés

Laisser un commentaire