L’ensauvagement est alimenté par la culture de l’excuse, selon l’essayiste Eric Delbecque

Essayiste et expert en sécurité, Eric Delbecque explique comme l’ensauvagement de la société française est cultivée par la culture de l’excuse. Il est l’auteur d’un livre à paraître le 27 août 2020 sur le salafisme qui s’intitule Les Silencieux.

Hier encore, le ministre de l’intérieur a réutilisé le terme de « sauvagerie » en parlant des jeunes (souvent très jeunes, ce qui est très inquiétant) qui ont saccagés les Champs Elysées lors de la finale de la Ligue des Champions, dimanche soir.


Tout est bon pour casser

Aujourd’hui, quelles que soient les manifestations, il n’y a plus besoin de prétexte pour casser, frapper, et provoquer les forces de l’ordre. La police comme la gendarmerie est désormais considérée comme une bande rivale qu’il faut affronter. On n’a jamais autant parlé de l’agression de policiers, qu’ils soient en civil ou en service, mais aussi de pompiers, qui sont de plus en plus souvent pris pour cibles. Rien qu’hier, à Beziers, douze policiers ont été blessés en huit jours, dont certains gravement.

Une partie de la société a trop longtemps accordé une explication sociale à la délinquance. Or, les pauvres dans ce pays, ne casse pas les biens d’autrui, que ce soient des voitures ou des commerces. Mais une certaine catégorie le fait pour satisfaire sa vraie nature: celle de « petites brutes ». Les jeunes sont conscients de leurs actes, assez en tous cas pour se filmer et poster leurs exactions sur les réseaux sociaux.


Une chaîne pénale défaillante et trop lente

Aujourd’hui, le nœud du problème de sécurité publique est de faire fonctionner efficacement la réponse pénale lors de n’importe lequel de ces débordements. Pour un acte violent, il y doit y avoir une sanction.

Frédéric Le Louette, Président de l’APNM, l’Association professionnelle nationale de militaires GendXXI, explique la situation: 

« Il faut simplifier les procédures pénales, cela fait plusieurs années qu’on nous balade avec ça (…) [les gendarmes font] le travail du parquet ». « Une perte de temps et d’argent énorme »

Frédéric Le Louette, Ouest France

Les problèmes financiers ne sont jamais loin en France. La vétusté du matériel du maintien de l’ordre a été rappelé lors du dernier rapport parlementaire sur les forces de sécurité en juillet 2019: ainsi, les 84 véhicules blindés à roues de la gendarmerie ont 45 ans de moyenne d’âge et près d’un commissariat sur quatre est délabré.


Tolérance zéro

A New York, en 1994, le maire Rudolf Giuliani a appliquée une politique de tolérance zéro en renforçant les effectifs de police et en punissant systématiquement tous les délits mettant en cause l’ordre public. Ses résultats furent spectaculaires: une baisse de 65 % pour les homicides, de 68 % pour les vols de voiture, de 62,5 % pour les vols à la tire, de 62 % pour les cambriolages, de 36 % pour les viols et 32 % pour les autres agressions physiques. De plus, les chefs policiers qui n’obtenaient pas de résultats sans pouvoir le justifier étaient renvoyés. En France, cela a été un temps le slogan de Jacques Chirac, mais est resté lettre morte. Comme le dit Alain Bauer, le célèbre criminologue:

« Tous les deux ans, le niveau d’exaspération progresse. La société ne fait plus confiance au système judiciaire, policier, médiatique. (…) Il vaut mieux une vitrine cassée qu’un mort. »

Alain Bauer, sur LCI, août 2020.

La situation spécifique de la France vis-à-vis du respect de l’autorité est aussi en cause. En Allemagne, on ne discute pas sur le fait que la Loi doit être respectée. Tandis qu’en France, se rebeller contre les forces de l’ordre ou poster des vidéos de soi-disant violences policières à la moindre interpellation musclée est devenu la norme. Une catégorie de français considère que l’on peut négocier la Loi, quand ce n’est pas se créer sa propre loi, comme dans certains quartiers où les rues sont tenues par des hommes en armes.


Voir l’audition d’Eric Delbecque à l’Assemblée Nationale

Eric Delbecque interrogé sur le mouvement de Gilets Jaunes

Laisser un commentaire