À partir de 2024, l’oscar du meilleur film sera décerné en fonction des critères du politiquement correct

Un nouveau maccarthysme en marche à Hollywood? Dans la foulée du mouvement Black lives matters, les revendications des « minorités » ont trouvé de l’écho chez les millionnaires du septième art. Désormais, l’Académie des Oscars ne sélectionnera les films pour la distinction suprême de « meilleur film » que s’ils se plient à une discrimination positive des minorités ethniques et sexuelles à l’écran et/ou dans son équipe de production et de distribution. Cette mesure rentrera en action en 2024.

L’Academy of Motion Picture Arts and Sciences, fondée en 1927, a publié un document de 4 pages qui regroupe l’ensemble des au moins deux critères sexuels et ethniques « obligatoires » pour juger de ces œuvres d’art, qui se nomment des standards, classés en 4 catégories : histoire et personnages, équipe technique, apprentis et stagiaires et enfin marketing et publicité.


« Compter les noirs » à l’écran

On peut y lire notamment que 30% des acteurs dans les rôles secondaires devront être des femmes, des personnes « racisées », des personnes lesbiennes, homosexuelles ou trans, ou des handicapés (aussi incroyable que cela paraisse, c’est écrit ainsi).
Autre cas de figure, le thème du film doit être centré sur des groupes minoritaires dans le société américaine. Le rôle principal doit être, c’est écrit en toutes lettres, doit être attribué à des « noirs », des « hispaniques », ou ce que les américains appellent des « indigènes » (indiens, habitants du Pacifique, de l’Alaska…). Pour ce qui est des équipes du film, les places d’apprentis doivent être en priorité réservées à des minorités visibles.
Dans les derniers mois, l’Académie a accueilli de nouveaux membres pour répondre aux accusation de white privilege (le privilège blanc) 45% de femmes et 36% de membres de minorités ethniques.
Enfin, l’académie des Oscars se laisse du temps pour mettre en place de nouvelles normes politiquement correctes pour les autres catégories majeures de la cérémonie.
Désormais, comme Aïssa Maiga lors des Césars en France, on va pas pouvoir s’empêcher de « compter les Noirs«  quand on devra dire d’un film qu’il est bon ou pas.

Ci-dessous le détail des mesures prises par l’Académie :

Laisser un commentaire