Le magistrat Charles Prats menacé de mort pour avoir parlé de la fraude sociale à la télévision

La Cour des comptes a été incapable de se positionner sur le montant de la fraude sociale, qu’elle dit néanmoins s’amplifier ces dernières années. Un milliard d’euros de préjudices subis ou évités a été détecté en 2019 par les principaux organismes sociaux, « au titre de fraudes avérées ou suspectées ».

Nous l’évoquions, le magistrat Charles Prats s’était déjà exprimé sur ce sujet explosif dans le cadre de la mission parlementaire sur le coût de la fraude aux prestations sociales en France. Mais cela n’a pas plus à certains sur les réseaux sociaux qui ont menacé le magistrat et aussi les journalistes qui l’interrogeait (voir tweet ci-dessous). Il semblerait qu’il soit moins dangereux de parler de la fraude fiscale que de la fraude sociale !

A lire aussi: la fraude aux prestations sociale des étrangers : les centenaires, les cartes vitales qui servent pour des dizaines de personnes, etc.

3 commentaires

  1. Bonjour,
    Nous ne pouvons pas laisser passer ce scandale sans réagir. Tout d’abord soutien total au magistrat ensuite ne pourrait on pas lancer une pétition afin qu’il soit mis fin à ce pillage et lancer des procédures de détournement de fonds, vols, … et poursuivre les responsables de ces organismes pour leur complicité dans ces détournements.

  2. Il serait plus juste de fermer ces organismes publics qui sont totalement incompétents pour gērer la quantité, avec du personnel pas toujours qualifié. Le gouvernement est-il averti et comment réagit-il ?
    Avec une fuite de 50 milliards d’euros en fraudes, il serait temps de confier leurs activités à des sociétés privées qui financent déjà les salaires de leur personnel.
    (Ex : les dossiers retraites pourraient être traités par les assureurs habitations ou mutuelles des adhérents, service compris dans la prime, d’oú moins de fraudes et plus de centres de traitement donc des dossiers et des paiements aux échéances).

Laisser un commentaire