Bravo la gauche anti-nucléaire: La France retourne (déjà) au charbon

Une conséquence néfaste de la fermeture de Fessenheim (1.800 Mégawatts décarbonnés) par Emmanuel Macron, le successeur de François Hollande?
En tous cas, en France, on a remis en route les centrales à charbon depuis le début de septembre 2020. Cette semaine, dans le mix énergétique, la part du charbon est monté à 2%, soit 824 mégawatts (autant que l’éolien en ce moment), selon les chiffres officiels de réseau de transport d’électricité (RTE).

Les 4 centrales à charbon françaises, qui, d’ordinaire sont à l’arrêt à pareille période de l’année, tourne d’ores et déjà à plein régime, en dépit d’une météo qui n’incite pas à faire fonctionner le chauffage pour les français. De surcroit, près de la moitié des centrales nucléaires sont à l’arrêt pour maintenance ou pour économie de combustibles actuellement (24 sur 56). L’éeolien, lui ne tourne pas, la faute à un anticyclone qui fait ventouse au-dessus de l’Hexagone.

Parallèlement, la France importe plus d’électricité en Allemagne, qui possède beaucoup plus de centrales à charbon et à gaz que nous. Résultat de cette conjonction de phénomènes: le prix de l’électricité a bondi à 120 € le mégawatt-heure. Dans le concret, le ministère de la transiiton écologique a publiée une hausse des tarifs à 0,1880438 centime d’euro par kilowattheure pour les communes dont la population est supérieure à 2 000 habitants et 0,0376088 centime d’euro par kilowattheure pour les communes dont la population est inférieure à 2 000 habitants.

Un commentaire

  1. encore un peu, et encore un peu, on s’enfonce, on s’enfonce, mais il ne faut rien dire , NE RIEN PENSER, nous sommes devenus des zombies sans cervelle, sans volonté, alors enfonçons nous encore sans protester…. non ???

Laisser un commentaire