À 31 ans, avec 18 condamnations à son actif, il viole une femme de 73 ans puis une fillette de 9 ans

Vendredi 18 septembre 2020, une femme de 73 ans, domiciliée à Vernantes, en Maine-et-Loire, a été victime d’une viol chez elle. L’homme de 31 ans qui l’a souillé s’est ensuite emparé du véhicule de la septuagénaire, une Citroën C3 grise. Le même homme aurait ensuite tenté de faire monter dans son véhicule, à Noiron dans la Vienne, une joggeuse qui lui aurait résisté.
Des dizaines de gendarmes plus un hélicoptère, du Maine-et-Loire, des Deux-Sèvres et de la Vienne ont été mobilisés, pour rechercher le suspect.
Dimanche 20 septembre 2020, une fillette de 9 ans, qui était partie chercher du pain à Villiers, un village de 950 habitants, a été emmenée dans le coffre de la C3 en sortant de la boulangerie puis frappée et violée, deux kilomètres plus loin, et laissée hébétée. Elle a été prise en charge par le CHU de Poitiers. Très choquée, elle a pu néanmoins donner une description précise de son agresseur et de son véhicule.

«La description de l’individu donnée par la fille et la femme concordaient en tout point et permet d’établir un lien entre les deux affaires»

Michel Garrandeaux, procureur de la République à Poitiers, conférence de presse, 22/09/2020

Lundi après-midi, des policiers de Saumur ont localisée la voiture volée, avec à son bord, deux individus. Celle-ci a tenté de semer les gendarmes, puis les deux hommes se sont enfuis en courant chacun de leur côté. Interceptés, les deux hommes, qui n’ont pas de lien entre eux, ont été mis en garde à vue.

L’un des deux hommes, âgé de 31 ans, dont le casier judiciaire compte pas moins de 18 condamnations pour homicide, violence, vol et trafic de stupéfiant, est le suspect de toutes ces agressions sordides en attendant les résultats des analyses scientifiques. Habitant Maine-et-Loire, il est également suspecté dans une affaire de violence sexuelle intra-familiale dont l’instruction était en cours.
Pour ce double viol, le suspect sera déféré devant un juge d’instruction au parquet d’Angers mercredi.

Un commentaire

  1. J’ai moi aussi 73 ans; et 3 petites filles: et je me pose la question suivante.
    comment après tous ces méfaits : il est libre (1) cherchez les responsables )aux maris violents on leur met des bracelets…..
    mais là il peut s’approcher de tout le monde(2)cherchez les responsables) donc c’est voulu ou encourager? par qui?
    c’est possible que la justice et la politique travaille dos à dos ?
    c’est inimaginable!

Laisser un commentaire