Quand les pseudo-féministes et ses relais veulent « détruire les hommes »

Les féministes radicales font tir groupé en ce moment. On vous avait déjà récapitulé le cas Alice Coffin, élue dans la majorité d’Anne Hidalgo, et cofondatrice, entre autres, de l’Association des journalistes LGBT, qui considère tous les hommes comme des « assaillants ». Dans un livre paru ce moic-ci chez Grasset, Le génie Lesbien, elle se répand en ignominies sur les hommes comme par exemple: « Il ne suffit pas de s’entraider, il faut à notre tour les éliminer ».
Alice Coffin ne lit plus de livres écrits par des hommes, ne regarde plus de films réalisés par des hommes, n’écoute plus de musiques composées par des hommes. (Radio classique, 2/10/2020)


Du côté de Libération (voir ci-dessous), on fait état d’un essai « jubilatoire » qui propose, plus sobrement, sous la titre de « Moi les hommes, je les déteste » aux Editions du Seuil, de détester les hommes et tout ce qu’ils représentent.

Evidemment, dans la cas de la négation de la moitié (ou presque) de l’humanité, les ligues de vertus professionnelles ne montent pas au créneau. Ce séparatisme radical (ou intolérance) là n’indigne pas les hautes sphères intellectuelles. Pas assez politiquement incorrect, sans doute.

Laisser un commentaire