AccueilImmigrationRacialisme(Extrait) Coffin, Harmange, Thuram, Bouteldja... Certaines outrances sont-elles plus admissibles que d’autres?

(Extrait) Coffin, Harmange, Thuram, Bouteldja… Certaines outrances sont-elles plus admissibles que d’autres?

A l’heure où un éditorialiste célèbre concentre une avalanche de condamnations politiques et idéologiques pour avoir décrit des réalités, d’autres propos, clairement discriminants, tenus en France par la fraction indigéniste et féministes anti-hommes sont curieusement mises de côté par les instances judiciaires, et même célébrés par les médias bien-pensants.
L’avocat Gilles-William Goldnadel nous donne quelques exemples récents: « Gazer les blancs », qualifiée de « sous-race », excuser le viol des hommes noires sur des femmes noires, « éliminer les hommes », etc, etc… Aucun de ces propos n’a été poursuivi par le Parquet.

Quand Brendin Horner, un fermier blanc de 31 ans est pendu à un poteau parce qu’il est blanc, en Afrique du Sud, vous ne lirez pas une ligne, à l’inverse du tapage que pour le meurtre d’un noir à Minneapolis, dans les médias français. Lire la tribune de Gilles-William Goldnadel sur le Figaro

Qu'avez-vous pensé du contenu de cet article ?

Cliquez sur une étoile pour voter !

Note moyenne 0 / 5. Nombre de vote(s): 0

Soyez la première/le premier à voter

Thomas Yves
Thomas Yves
Responsable éditorial de la Droite au coeur depuis 2020. Intérêts: livres, politique, géopolitique, économie, déconstruction, séparatisme islamique.
Autres articles de cette catégorie:

Laisser un commentaire

Articles les + populaires

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

+
%d blogueurs aiment cette page :