Le clandestin marocain multirécidiviste braque des policiers dans une avenue du 93, il ressort libre!

Jeudi soir, à Pierrefitte-sur-Seine, en Seine-Saint-Denis, avenue Suzanne Valandon, un équipage de policiers de la Brigade Anti-criminalité (BAC) voient passer devant leur véhicule un individu qui dissimulait dans son pantalon un objet noir.
L’homme arrive ensuite à la hauteur d’une automobiliste pour lui demander, sur un ton très agressif, de lui indiquait la direction de la mairie de Pantin. Alors que les policiers enfilent aux bras leurs brassards de police et viennent à sa hauteur, ils sont braqués par l’homme qui se retourne brusquement vers eux avec un pistolet 9 mm.
Après les injonctions d’usage de lâcher son arme, les policiers, en nombre suffisant, parviennent à maîtriser le délinquant sans qu’aucun coup de feu ne soit tiré. La passagère de la voiture, qui assiste à la scène, est en état de choc.


« Open balles » pendant le plan « urgence attentat »?

Cet homme de 36 ans, clandestin marocain est aussitôt placé en garde à vue. Et même s’il s’avère que son arme était chargée à blanc, il était en possession de 21 cartouches de 9 mm. De plus, il était multirécidiviste et connu des services de police pour des faits similaires.

On aurait pu imaginer qu’en cette période urgence attentat maximale il passe par la case prison. Mais pensez vous ! Pour des raisons qui nous échappent encore, il a été remis en liberté (vous avez bien lu) sous contrôle judiciaire pour un jugement ultérieur.
Un commentaire peut-être, monsieur Gérald Darmanin?

Laisser un commentaire