Le syndicat lycéen proche de LREM aurait dépensé de l’ordre de 40.000€ de subventions en frais de bouche, restaurants, hôtels de luxe et congrès fantôme

La justice administrative vient de se saisir d’une affaire fâcheuse pour la majorité. Le syndicat Avenir lycéen, apparu en 2018, et qui est l’émanation des « Jeunes avec Macron » (issu du mouvement des jeunes socialistes), est accusé par Mediapart d’avoir dépensé une grande part de ses 65.000 euros de subventions annuels en frais de bouche, déplacements et dépenses dans des restaurants et hôtels 5 étoiles cet été. Il est notamment question d’une dépense de 40.000 euros pour un congrès fantôme.


Toutes choses qui nous éloigne de la défense de l’intérêt des lycéens

Dans la foulée de cette enquête judiciaire, pas moins de huit responsables de cette structure macroniste, qui siège au Conseil supérieur de l’éducation ont démissionnés, 6 membres du bureau, dont le président et le vice-président et 2 membres du CA.

Le syndicat dénonce néanmoins des «faits non avérés» imputés aux «mandatures précédentes». Il faut savoir qu’au sein du syndicat, les présidents se sont succédés mais que le trésorier, lui, à l’heure où nous écrivons ces lignes, est resté en place.
Les autres syndicats de lycéens ont commencé à porter plainte de leur côté pour « favoritisme » auprès du ministre de l’Education Nationale, auquel ils reprochent de ne pas avoir déclenché de contrôle dès cet été. Comme le précise le journal en ligne, le ministère a pourtant signé une convention qui l’oblige pourtant à agir dans ce sens.

«Avenir Lycéen, une association proche du gouvernement puisque la majorité de ses membres appartiennent aux Jeunes avec Macron, ont toujours obtenu les subventions demandées, alors même qu’il y avait des magouilles dans leurs comptes».

Mathieu Devlaminck, président du syndicat lycéen UNL

Une subvention de 30.000 euros supplémentaires pour 2020 a été, dans le doute, gelée – elle avait été versée cet été – en attente de « vérifications » et d’un « contrôle sur pièces » des services de Jean-Michel Blanquer sur ces dépenses indues. A noter enfin que le syndicat compte aussi des personnes mineures, ce qui rend cette affaire encore plus sensible.


L’UNI-Lycée, le syndicat de droite a communiqué sur cette affaire sur Twitter:

De son côté l’association Anticor, note la lenteur de la réaction de Jean-Michel Blanquer suite à ces révélations on l’imagine, particulièrement embarrassantes pour lui.

Un commentaire

  1. L’avenir de la jeunesse en macronie c’est Avenir lycéen composé de petits propagandistes, de petits lobbyistes au service et à la solde du Ministre, siégeant au conseil supérieur de l’éducation.L’avenir de la jeunesse, en macronie, c’est la corruption !!!Dans un collège de Conflans-Ste-Honorine on a pu constater récemment les conséquences des ravages de la corruption de la jeunesse.C’est attérant de constater ce dévoiement de la jeunesse pour des causes qui ne valent rien, dans le pays de Jean-Jacques Rousseau et de Condorcet.Notre pays est en passe de devenir une poubelle.

Laisser un commentaire