Gaspard Proust se moque des « écolos-urbains »

L’hiver approche, allons ramasser du bois pour se chauffer. Et pis Zut!!! Il y a le gaz de l’énergie fossile et l’électricité de l’énergie nucléaire. Tant pis, on verra le printemps prochain.

«J’ai bien davantage de respect pour les soixante-huitards qui ont eu les couilles d’aller dans le Larzac pour élever des chèvres. Ils ont eu du bon sens et ont surtout appliqué leur idéologie plutôt que faire des fraises en rooftop. Ce localisme de pacotille me fait doucement rigoler. Je trouve ça grotesque. Et on va nous expliquer que c’est écolo!
Quel rapport véritable à la nature peut-on avoir en vivant à Paris? Est-ce que ces gens ont regardé une fois avec un œil neutre où ils habitaient?

Les écolos-urbains, c’est un oxymore. Ils ne comprennent rien à la nature. Ils pensent que faire de l’écologie, c’est arroser trois carottes qui poussent sous un arbre greffé sur un trottoir de la place Monge dans un atelier «écolo-participatif jardinatoire de vivre-ensemble urbain à composter». Ils ne savent pas ce que c’est d’aller chercher du bois en forêt, de le couper, d’allumer un feu de cheminée. Ils vivent en apesanteur.

Si ce n’était que ça, ça m’irait encore, mais, en plus, ils donnent des leçons de morale aux autres. Je veux bien qu’on m’apprenne la vie quand on la connaît. Faire des pistes cyclables au milieu des voitures: quel intérêt? Il n’y a que d’un esprit malade que peuvent sortir de telles idées. Et le pire? On en est fier. Ils font tous la course pour être le plus écolo. Dans quel but? Transformer Paris en Creuse… Mais, allez-y dans la Creuse Allez au bout de votre raisonnement, repeuplez les campagnes Il y a l’embarras du choix. »

Laisser un commentaire