Le village d’Astérix Breton face aux déferlement des mineurs étrangers criminalisés

Nous vous parlions des mineurs non accompagnés, les chiffres et les témoignages sur leur proportion dans les faits de délinquance remontent jusqu’au plus haut niveau de la justice. C’est dans ce sens qu’a témoigné le procureur de Bretagne, Jean-François Thony.


Le constat est implacable

« La délinquance se porte bien (en Bretagne). Les mineurs isolés continuent à arriver (…) il y a des mineurs isolés envoyés dans le but de commettre des cambriolages ou des vols. Ces filières organisées viennent du Maroc, d’Algérie, d’Albanie ou de Roumanie. On parle de filières, mais on est plus proche de familles qui organisent l’arrivée de petits-cousins ou d’amis.


Une législation française détournée

Le Procureur parle d’un système français « protecteur » mais « exploité » dans le sens péjoratif.

En Ille-et-Vilaine, 70 % des jeunes qui arrivent et se déclarent mineurs sont en fait majeurs.

Les tests de majorité : une Justice impuissante

Depuis 2016, les examens osseux ne sont réalisés qu’avec l’assentiment desdits mineurs (…) La justice ne peut rien (…) La réponse est politique. Il faut mieux contrôler les départs dans les pays concernés qui n’arrivent pas à nourrir leur jeunesse…


Drogues et armes de guerre

J’ai été surpris de voir l’ampleur de la consommation de drogues en Bretagne (…) y compris dans les petites bourgades (…) Des groupes structurés luttent pour garder leur point de deal (…) Les clans s’opposent (…) Le problème c’est qu’on voit apparaître de plus en plus d’armes de guerre : kalashnikovs, mitraillettes Uzi ».

Ce témoignage d’un homme de loi, à la parole libérée, puisqu’à quelques semaines de la retraite, met l’accent sur la perversion d’un système d’asile devenu complètement fou!

Laisser un commentaire