Le maire LR de Valence coupe certaines aides sociales pour les familles de delinquants

Pour que Valence ne rime plus avec violence. A Valence, les parents sont mis devant leur responsabilité quant à leurs enfants dont ils n’assurent pas l’éducation. En effet, le conseil municipal, dirigé par le Républicain Nicolas Daragon depuis 2014, a voté lundi la suspension d’aides financières de la commune sitôt que leur progéniture fera l’objet d’une condamnation, que ce soit un rappel à la Loi ou de troubles à l’ordre public. Les aides en question sont les aides pour les services non obligatoires (suppression des aides à la cantine, à l’achat de ticket de transport ou des chèques Sport et Culture) ainsi que les aides facultatives du Centre communal d’action sociale (CCAS).
Pour le maire, il ne faut éviter à tout prix que «ces aides aillent vers les familles qui n’assument pas l’éducation de leur enfant».
Après les exactions de la Toussaint, plusieurs familles ont été expulsés ou en cours de l’être de leurs logements sociaux pour être la famille de personnes condamnées.
Une politique volontariste dans un contexte de violence (voitures brûlées et policiers agressés) dans la Drôme comme ailleurs en France !

Laisser un commentaire