On peut rire de tout, sauf du racialisme, n’est-ce pas Norman?

Pierre Desproges doit se retourner dans sa tombe… Quelques secondes d’un sketch du comédien et youtubeur aux plus de 12 millions d’abonnés, Norman Thavaud a provoqué une levée de boucliers des racialistes sur les réseaux sociaux suite à un passage d’un de ses sketchs de son « Spectacle de la maturité » où il moquait (à juste titre) la transformation de James Bond en femme noire, annoncée mi-juillet par les studios hollywoodiens pour les prochaines aventures de 007*.


Affligeant, non?

Et l’humoriste Norman l’a exprimé de façon drolatique (et là on peut être sûr que lui et son compère Kader Aoun n’ont plagié personne…) :

« Dans le prochain James Bond, le personnage de James Bond, Agent 007, sera incarné par une femme renoi. Est-ce qu’on n’est pas allé trop loin dans la lutte contre le racisme ? ’My name is Bond, Fatoumata Bond’ Non ça va pas du tout, je suis pas d’accord »,

Norman, décembre 2020

L’humoriste a par la suite publié sur Instagram un long acte de contrition où il parle d’une maladresse qu’il n’aurait jamais dû commettre tout en donnant des gages aux anti-racistes qui ne décolèrent pas à son sujet, trop contents de trouver une victime expiatoire à leurs propres névroses en leur servant leurs mots préférés: privilège blanc, contrôle au faciès et presse xénophobe.


« C’est tout pour moi »

L’ironie de cette histoire pas drôle est qu’il y a 2 ans Norman avait déjà « choqué » les esprits chagrins en faisant une vidéo humoristique intitulée Terrain miné où il dénonçait les ravages du politiquement correct dans son travail d’humoriste du quotidien : « Religions, ethnies, homosexualité, féminisme, politique, etc. Autant de sujets sensibles qui font d’internet l’un des terrains les plus dangereux de ce siècle ».

*L’ancien interprète de James Bond entre 1973 et 1985 Roger Moore avait prophétisé en 2015, deux ans avant de décéder: « J’ai entendu dire que certains veulent un James Bond femme ou gay. Mais il ne serait plus Bond pour la simple raison que ce n’est pas ce que Ian Fleming a écrit (…) Ce n’est pas être homophobe ou raciste, il s’agit simplement de rester fidèle au personnage« . Pour faire bonne mesure, l’expression « James bond girls », jugée « sexiste » sera également pourfendue à l’avenir.

Laisser un commentaire