Nos 20 moments forts de l’année 2020

Adieu à 2020, bonjour 2021. Voici la liste chronologique des 20 événements dans nos frontières issus de nos centaines d’articles, qui auront marqués l’année 2020 aussi bien sur le plan judiciaire, symbolique, énergétique, sanitaire que bien sûr, politique. L’année avait commencé très fort pour La République en Marche puisque fin janvier, les députés LREM votaient contre l’allongement du congé accordé en cas de décès d’un enfant.


1er moment : la réforme des retraites

Le samedi 29 février 2020, le gouvernement utilise l’article 49-3 de la Constitution* pour faire passer la réforme des retraites, dossier dans lequel il a multiplié les mensonges comme le montre cette vidéo. Damien Abad, chef du groupe des Républicains à l’Assemblée Nationale, dénonce une « réforme injuste, complexe et illisible pour les Français ».
#mensonges


2e moment : le premier mensonge sur les masques

Le 13 mars 2020, Edouard Philippe déclare : « Le port du masque, en population dans la rue, ça ne sert à rien et ça a même un inconvénient : ça prive parfois de masques ceux qui en ont véritablement besoin ». La suite confirmera que cette affirmation ne reposait pas sur des données scientifiques, et qu’au contraire, le masque protège, à l’image de l’Asie qui a une longue expérience des maladies respiratoires (Notre article).
#Masques


3e moment : des municipales en forme d’échec pour Macron

Le dimanche 15 mars 2020, le premier tour des élections municipales marquent la bérézina du côté de la République en Marche, qui n’arrive pas à s’incarner ni dans les grandes villes ni dans les villes moyennes. les Républicains dominent ce scrutin malgré des pertes symboliques, comme Marseille, « abandonné » à la gauche.
#Municipales


4e moment : le deuxième mensonge sur les masques

Le 31 mars 2020, le Professeur Philippe Juvin se fait un nom auprès des jeunes grâce à une vidéo virale sur la média internet Brut où il explique qu’il est obligé d’utiliser des masques de plongée « Décathlon » pour équiper ses médecins de son service d’urgences de l’hôpital Georges Pompidou pour compenser son non-équipement. Le 18 mai, comme pour nier l’évidence, le Président de la République Emmanuel Macron déclare dans un publi-reportage de BFMTV: «Nous n’avons jamais été en rupture en masques». Un mensonge éhonté que toutes les enquêtes de journalistes démentiront tout au long de l’année.
#Masques


5e moment : la perte de la majorité

Le 18 mai 2020, le groupe LREM du « trop intelligent pour les français » Gilles Le Gendre perd sa majorité absolue à l’Assemblée Nationale: la faute à une ligne politique illisible. Elle dépend désormais de ces alliés du centre gauche et centre-droit (Agir et Modem).
#LREM


6e moment : la victoire du racialisme et de l’indignité

Le 3 juin 2020, une manifestation à l’appel du comité Adama Traoré réunit des milliers de jeunes manifestants à Paris. certains d’entre eux crient « Vendu » à un policier à la couleur de peau noire. Christophe Castaner, qui a déjà refusé de poursuivre Camélia Jordana en justice pour avoir dit que les policiers « massacraient les gens en banlieue » en fonction de leur couleur de peau, considère que « l’émotion est supérieure aux règles juridiques ». Nicole Belloubet suggère de recevoir la famille Traoré alors qu’elle n’en a pas le droit.
#Racialisme


7e moment : la défiance des policiers

Le 11 juin 2020, un mouvement de ras-le-bol s’installe dans la Police qui ne supporte pas l’expression de Christophe Castaner, qui, sous la pression du clan Traoré, veut sévir, en inventant le concept de « soupçon avéré » de racisme.
#Polices


8e moment : la Loi se fait à la mosquée

Le 16 juin 2020, des affrontements violents entre bandes tchéchènes et maghrébins se règlent à la mosquée de Dijon, sous l’égide d’un imam proche des Frères musulmans. Un naufrage de l’Etat. Comme pour concéder cette défaite symbolique, Gérald Darmanin utilisera le mot ensauvagement le 24/07/2020 dans un article du Figaro.
#Ensauvagement


9e moment : le fiasco du tester-tracer-isoler

Le 17 juin 2020, la porte-parole du gouvernement Sibeth N’Diaye qui avait dû retirer son projet de lutte contre les fake news sur le site du gouvernement est prise, comme Jérôme Salamon, en flagrant délit de mensonges sur les recommandations de l’Organisation Mondiale de la Santé sur le dépistage massif du Covid19 que le gouvernement n’aura jamais appliqué avant la deuxième vague.


10e moment : le nucléaire abandonné pour quelques voix d’écolos

Le 29 juin 2020, le deuxième réacteur de Fessenheim est fermé, l’illustration de la continuation de la politique anti-nucléaire engagée par Hollande. Conséquence: la France sollicite des centrales à charbon. En tout, 14 centrales nucléaires sont dans la cible du gouvernement (Lire aussi: La Tribune d’Oser la France dans le Figaro)
#Nucléaire


11e moment : la Loi Avia, un désir de censure systématique

Le 18 juin 2020, le Conseil Constitutionnel censure la quasi-totalité de la Loi Avia, qui visait à réprimer la Haine en ligne, mais qui confond une caractérisation formelle (ironie, deuxième degré) et une concept juridique, ce que souligne de nombreuses organisations attachées à la liberté d’expression. Fin décembre, on comprend mieux à quoi on a (provisoirement) échapper, car cela va plus loin : quand l’opposition se moque de Macron ne respectant les règles qu’il impose aux français, Marie-Christine Verdier-Jouclas considère qu’on ne « peut pas critiquer » le Président de la République.
#LoiAvia


12e moment : quand même les grandes revues médicales racontent n’importe quoi

Le 3 juin 2020, l’étude du Lancet du 25 mai 2020 qui aura précipité le blocage de la prescription de l’hydroxychloroquine par la Haute Autorité de Santé Publique est prouvée comme contenant des données fausses. Didier Raoult parle même d’un «article foireux».


13e moment : le PNF, un instrument politique

Le 1er juillet 2020, Le Parquet National Financier est sous le feu des critiques : après les propos de la magistrate Eliane Houlette sur les pressions qu’elle dit avoir subies dans le dossier Fillon, il apparait que des fadettes (NDLR: liste des appels) de tout ce que Paris compte comme ténors du barreau (dont Eric Dupond-Moretti) ont été utilisées par les magistrats du Pôle financier, ainsi que d’une journaliste enquêtant sur ce dossier, met en émoi le monde judiciaire. Ce sera un pétard mouillé, comme le fut le « Mur des cons ». Et pour Nicole Belloubet, la place dans le gouvernement Castex ne sera plus envisagée.
#ParquetNationalFinancier


14e moment : les « incivilités » selon Macron

Le 22 juillet 2020, Emmanuel Macron prend la parole après un mois de juillet marqué des violences épouvantables, dont le meurtre de Philippe Monguillot, chauffeur de bus par des individus qui ne voulaient pas porter des masques, ou un homme roué de coups dans une laverie pour une simple remarque ce même motif. Il les qualifient d’incivilités.
#Laxisme


15e moment : un crime innommable

Le 27 août 2020, un homme de 46 ans, déjà condamné et suspecté de onze viols, libéré en 2015 viole, tue et brûle une jeune fille de 15 ans. La conférence du Procureur de Nantes expliquant qu’il n’y a aucun dysfonctionnement de la Justice restera d’anthologie. Sauf pour la famille et les proches de la malheureuse.


16e moment : la jeunesse musulmane française pour la Charia

Le 2 septembre 2020, l’IFOP publie un sondage renversant selon lequel 74% des jeunes musulmans font passer l’Islam avant les Lois de la République. Une enquête peu commentée à l’époque mais qui annonce déjà l’assassinat de Samuel Paty. Dans le même registre, 4 jours plus tard, sur le plateau de Touche pas à mon Poste une chroniqueuse tunisienne appelle à « tuer Rihanna » pour avoir fait référence à l’islam dans un défilé.
#Séparatisme


17e moment : les caricatures du Prophète: oui, mais…

Le 16 octobre 2020, le professeur d’histoire-géographie Samuel Paty est assassiné à Conflans-Sainte-Honorine. 11 jours plus tard, le patron du CFCM demande a ce qu’on « encadre » les caricatures du prophète.


18e moment : l’absurdistan façon Castex

Le 13 novembre 2020, pour couronner une gestion catastrophique de l’épidémie, le quotidien allemand de référence Die Zeit qualifie la France d’absurdistan autoritaire avec des résultats « catastrophiques ». La France devient le pays de la zone Euro à la dette publique la plus élevée. L’édito de Guillaume Bigot début décembre condense la puissance et la justesse de cet article.


19e moment : Eric Dupond-Moretti face à la masse de terroristes

Toujours le 13 novembre 2020, Eric Dupond-Moretti se condamne à condamner chaque minute les islamistes violents qui sortent de prison. Pour rappel, 2.540 détenus terroristes et radicalisés doivent être libérés entre 2018 et 2022. Une paille.
#EricDupondMoretti


20e moment : dette au plus haut, catholiques ramenés au plus bas

Le 25 décembre 2020, tandis que les catholiques ont été humiliés, certains dénoncés par des journalistes de Quotidien, réduits à se réunir à la messe à 30 personnes, Emmanuel Macron ne souhaite pas Joyeux Noël aux français.
#Cathophobie

Bonne année 2021 à tout le monde !

Laisser un commentaire