Une enseignante de Toulouse, se sentant menacée par un tract de syndicats islamo-gauchistes, demande une protection

A Toulouse, la professeur d’histoire-géographie Fatiha Agag-Boudjahlat, 41 ans, lauréate du prix de la laïcité 2019 de la part du Comité Laïcité République, fait face à une campagne de dénigrement et d’intimidation de la part de deux syndicats, Sud Education 31-65 et CGT Educ’Action 31. Ils lui reprochent des propos sur les réseaux sociaux où elle condamnait cinq élèves de ne pas avoir effectué la minute de silence en mémoire de Samuel Paty, et mettent une cible sur elle en diffusant un tract hostile et mensonger.

« Leur tract appelant le recteur à prendre des sanctions contre moi, enseignante depuis 17 ans, amalgame et tronque ces tweets (…) deux syndicats choisissent de cibler une enseignante. De manière publique, en permettant de m’identifier. Tract repris par des mouvements dits antifas connus pour leur violence. »

Fatiha Agag-Boudjahlat, dans La Dépêche, 06/01/2021

L’enseignante se voit contrainte d’en appeler au recteur d’académie pour obtenir une protection fonctionnelle.

Laisser un commentaire