Le gouvernement danois lance une application mobile pour permettre, de manière « encadrée », des relations sexuelles licites

Au Danemark, tout comme en Suède depuis 2 ans, la lutte contre le viol et pour augmenter le taux d’incrimination pour ce motif est en plein essor. Et puisque le fait de démontrer une violence ou une pression sur la prétendue victime rendait la productivité des procureurs moins importantes, les danois sont passés au stade au-dessus pour s’assurer du consentement des partenaires dans une nouvelle Loi sur le « rapports sexuels non consentis » passée récemment. Désormais le consentement sexuel doit être « explicite ».

C’est ainsi que le ministre de la Justice danois, Nick Haekkerup, a dévoilée une nouvelle application, iConsent, qui permet à deux partenaires de formaliser sur un téléphone mobile ou une tablette leur consentement pour avoir un ou plusieurs rapports sexuels, et ce pour une durée fixe de 24 heures.


Pouvoir retirer son consentement virtuel à tout moment

Dans le détail, un des deux protagonistes peut retirer son consentement à tout moment, comme quand on consulte ses mails, ni plus ni moins. Les informations sont stockées pour être éventuellement exploitées par la Justice.

Seule ombre au tableau au pays du progressisme triomphant: plusieurs juristes doutent que ce gadget puisse être d’une quelconque utilité en cas de procédure judiciaire, mais qu’importe! C’est la force du symbole qui compte davantage que l’utilité d’un tel dispositif. Bientôt en France?

Laisser un commentaire