(Extrait) Affaire Didier Lemaire: « Un bon laïque est un laïque mort »

Les lauriers pour Charlie et Samuel Paty, la boue pour Mila et Didier Lemaire. Lorsqu’on prend parti pour la laïcité, mieux vaut éviter d’être vivant.

Didier Lemaire pourrait être un héros, mais comme Mila, il a le mauvais goût d’évoquer des sujets autorisés uniquement au lendemain des attentats. En pareil cas, on oublie vite que Charlie Hebdo était victime des mêmes critiques avant 2015 et que l’Education nationale était loin d’être unie derrière Samuel Paty. Hélas, il semble que les évènements récents ne nous aient rien appris et qu’il en faille peu pour discréditer les défenseurs de la laïcité et leur combat contre l’obscurantisme dont on sait désormais qu’il peut se payer au prix fort. Critiquer l’islamisme en aval, c’est très courageux. Mais le faire en amont, c’est d’extrême droite. Heureusement, les thuriféraires du « vivre-à côté et presque ensemble » veillent et nous assurent que le professeur de philosophie, qui s’inquiète de la montée du communautarisme à Trappes, ne serait pas irréprochable. Peut-être même qu’en cherchant bien, on pourrait trouver chez lui, comble pour un être humain, une ou deux failles dont il ne serait pas très fier. Le préfet des Yvelines, Jean-Jacques Brot, en a trouvé une : Lemaire a déclaré être « sous escorte policière armée » alors qu’en réalité le préfet avait seulement mis en place… des patrouilles policières aléatoires devant le lycée et le domicile de Didier Lemaire. Lire la suite.

Laisser un commentaire