Les propositions de Bruno Retailleau de lutte contre l’ultra-violence en France

Pour le prédisent des sénateurs LR et candidat à la primaire de la Droite Bruno Retailleau, le péché originel d’Emmanuel Macron a été de s’incliner devant les occupants de la ZAD de Notre-Dame des les Landes. Pour résorber l’ultra-violence dans notre société, il faut soigner le mal à la racine, c’est-à-dire en finir avec le nihilisme actuel, où tout se vaut.

Bruno Retailleau vaut apporter des réponses à la chronique quotidienne d’une barbarie ordinaire et qui illustré dans notre actualité tragique par le phénomène des bandes, qui a augmenté de 24% depuis 2019. Il s’exprime dans une interview au Figaro intitulée «Si nous n’enclenchons pas une révolution pénale, nous aurons une insurrection électorale».


Supprimer les rappels à la Loi

Si aujourd’hui, un Français sur deux se défie de la Justice, c’est parce qu’il y a trop d’infraction sans peine. On ne décourage pas suffisamment la récidive. A ce titre, il faut supprimer les rappels à la Loi, car la Loi doit être appliquée, et non pas rappelée. La prison doit devenir la règle, et non l’exception (en supprimant l’interdiction de frapper d’une peine de prison d’un mois et en ne favorisant plus les peines alternatives), et ce en multipliant les courtes peines. Le programme de construction de prison y compris pour mineurs (un par région) doit être une priorité nationale.


S’inspirer de ce qui marche ailleurs

Ainsi, on pourrait prendre exemple aux Pays-Bas, qui incarcère deux fois plus de délinquants et criminels mais on a deux fois moins de détenus qu’en France. Le sénateur de Vendée propose également d’évaluer l’intégrité physique chez les victimes de violence. La majorité pénale doit être abaissée à 16 ans, dans cette tranche d’âge qui concentre plus de la moitié des actions de la Justice.


La suspension des aides sociales et familiales

Il faut également responsabiliser les parents défaillants en instaurant la suspension de leurs aides sociales et familiales et appliquer le Code Pénal sur les atteintes à l’exercice de l’autorité parentale qui dit :

« Le fait, par tout ascendant, de soustraire un enfant mineur des mains de ceux qui exercent l’autorité parentale ou auxquels il a été confié ou chez qui il a sa résidence habituelle, est puni d’un an d’emprisonnement et de 15 000 euros d’amende ».

Article 2227-7 du Code Pénal

On compte moitié moins de magistrats que la moyenne européenne, ce qui est la cause de l’engorgement de la Justice telle qu’elle est à œuvre. Pour y remédier, il faut augmenter le nombre de greffiers et de magistrats.


Expulser les étrangers plus massivement

Concernant la question de l’immigration, il y a un scandale à gérer rapidement : c’est celui des faux mineurs étrangers qui peuplent nos tribunaux (75% des mineurs jugés à Paris sont des mineurs non accompagnés) et les centres d’accueils pour mineurs. L’expulsion des étrangers illégaux et violents et le durcissement des conditions d’obtention de la nationalité complètent ce dispositif.

2 commentaires

  1. Quand le Bon Sens frappe à la porte, il faut le laisser entrer.
    Il y a ici de quoi répondre à bien des maux.

Laisser un commentaire