Le dégoût: l’assassin et le tortionnaire antisémite de Sarah Halimi ne sera jamais jugé

Parce qu’il a fumé du haschich et pour cette seule raison, la Cour de Cassation a décidé que Kobili Traoré ne sera jamais jugé pour avoir torturé aux cris de Allahu akbar et de la récitation de sourates du Coran, puis jeté par du troisième étage Sarah Hamili, une femme juive de 65 ans, à Paris, le 4 avril 2017.
En 2019, trois expertises psychiatriques avaient conclu que ces actes barbares avait commis les faits au cours d’une «bouffée délirante». L’individu d’une trentaine d’années s’était déclaré à trois mois après les faits devant le juge d’instruction comme «possédé» et «comme oppressé par une force extérieure, une force démoniaque».


La Justice française critiquée de toute part

En septembre 2017, pourtant, un rapport d’expert signé Daniel Zagury invalidait l’abolition du discernement du mis en examen qui serait formulé ultérieurement par d’autres experts. Ce n’est qu’en juin 2019 que le caractère antisémite était retenu. Mais alors comment pouvait-il ne pas faire preuve de discernement dans ce cas?
La famille de Sarah Halimi avait formé appel à l’époque. Et accueille le verdict d’aujourd’hui avec une retenue remarquable. Comme elle n’obtiendra jamais justice devant une juridiction de France, elle se tourne désormais vers la Cour européenne des droits de l’homme.

Laisser un commentaire