(Vidéo) Sonia Mabrouk victime d’un portrait sexiste et méprisant dans « Libé »

Sonia Mabrouk a le mauvais goût, aux yeux de la rédaction de Libération, de ne pas être dans la détestation de la France.

Elle qui a obtenue la nationalité française en mai 2010, est décrite par Guillaume Gendron comme une «fille de la bourgeoisie tunisienne» issu de beaux quartiers, alors que c’est faux. Libé lui nie même jusqu’à son prénom, la nommant « Mabrouk ». Dans l’article, on la dépeint surtout comme une «égérie de la droitosphère».

Sa faute inexpurgeable? Officier sur la chaine de télé CNewstoutes les opinions politiques sont représentées, et le politiquement correct n’est pas la norme. Et avoir dénoncer, à juste titre une « génération d’antiracistes, féministes et écologistes totalitaires« .


Une attaque agrémentée de racisme anti-blanc

Mais c’est ce passage du portrait* qui soulève le plus de souffrance pour elle: «Une bonne élève emportée par sa plume, qui rosit des compliments de ses mâles et pâles mentors», au «brushing à la Fox News au vent» (NDLR: en référence à la chaîne conservatrice américaine) et aux «paupières lourdes de maquillage et de sommeil à l’heure de la sieste après une matinée en direct et une nuit sur Netflix». Une horreur.

Preuve supplémentaire du caractère vil de ce portrait, le philosophe Michel Onfray a dénoncé sur son blog ce journaliste de Libération qui a tenté «de lui faire dire du mal» de la journaliste.

Chez Pascal Praud, elle manifeste son dégoût de ce style de journalisme qu’elle décrit comme étant « en-dessous de la ceinture« :

Un commentaire

Laisser un commentaire