8 mois après le mariage de Bron, de simples amendes pour ceux qui avaient tenté de pénétrer dans la Mairie et menacé des policiers

Le samedi 19 septembre 2020, un mariage à Bron a totalement dégénéré. Les invités au mariage participaient à un rodéo urbain en ville, et tout le monde est arrivé avec 30 minutes de retard.
Le maire, constatant cette situation doublement inacceptable, a décidé de réserver la cérémonie aux mariés, parents et témoins.


Un véritable assaut d’un bâtiment public

Les personnes à l’extérieur ont cherché à pénétrer de force dans la mairie, celle-ci étant gardée par la police municipale qui a du faire usage de gaz lacrymogène et de tirs de LBD.
Le tout sous l’œil des caméras de vidéo-protection.
Le maire de Bron, Jérémie Bréaud, avait indiqué à l’époque que « Ces scènes ont été filmées et la police municipale a procédé à de nombreux relevés d’infractions ». Et d’ajouter:

« Les règles pour les prochains mariages seront encore plus strictes : 30 minutes de retard et on ne marie pas, des rodéos dans les rues risquant de provoquer des accidents et on ne marie pas. Quand on se marie à Bron, on ne fait plus ce que l’on veut ».

Jérémie Bréaud, Maire de Bron, Le Parisien

Après la cérémonie, les échauffourées se sont prolongées avec les polices municipales et nationales dans le quartier de Parilly avec des jets de projectiles sur les pompiers, des barrages pour obstruer le travail de la Police et une dizaine de voitures de particuliers incendiées.


Une décision de Justice incroyablement laxiste

A l’issue de ces actes de délinquance, seules deux personnes avaient été mise en garde à vue, dont une pour violence et menace sur dépositaire de l’ordre public.
Aujourd’hui, la Justice a tranché leur cas: ce sera cent jours-amende à 10€ (amende obligatoire sinon la détention peut être prononcée) et 600 € d’amende plus un stage de citoyenneté. Le maire a préféré laisser chacun juge de ses peines dérisoires.

Laisser un commentaire