Le conseil d’état limite la possibilité d’expulser rapidement les déboutés de l’asile de 3 pays africains

C’est une véritable gifle pour l’exécutif. Au nom de la défense du droit des personnes LGBT, trois pays africains, le Bénin, le Sénégal et le Ghana, ont été retirés vendredi de la liste des pays des pays d’immigration dits « sûrs », dans lesquels les déboutés du droit d’asile en France peuvent être renvoyés dès la notification de son refus.


De nombreux recours depuis 2019

C’est à la demande d’une association française qui défend les droits des trans et homosexuels dans leurs pays d’origines (si, si) que ces pays ont été retirés d’une liste qui en compte 16. Elle avait été fixée par l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (Ofpra).

Ce dont se félicite ce lobbyiste pro-immigration:

« On se réjouit que le Conseil d’Etat ait respecté l’esprit de la loi en ayant retiré de cette liste les pays qui pénalisent l’homosexualité. Néanmoins, il fait une interprétation limitée de cette problématique, puisque les personnes LGBT subissent des persécutions intrafamiliales, sociétales, qui ne sont pas seulement de l’ordre du légal. »

Aude Le Moullec-Rieu, présidente de l’Ardhis (Association pour la reconnaissance des droits des personnes homosexuelles et trans à l’immigration et au séjour) à l’AFP.

Nous voici donc au terme (sauf recours aux cours européennes) d’une bataille juridique qui dure depuis fin 2019. En d’autres termes, plus un pays est islamisé et/ou punit l’homosexualité (ce qui est souvent lié), plus il est difficile d’expulser les ressortissants qui se présentent à nos portes.

2 commentaires

  1. Je dirai que je me fout que ce soit des pays sûres ou pas, ils en viennent et chez nous ces personnes ne sont pas sûres et demandées, donc elles y repartent et si besoin avec un parachute.

Laisser un commentaire