Macron exempte Amazon et le e-commerce des foudres de la Loi climat

La Loi climat voulue par Barbara Pompili va désormais limiter, à travers son article 52, à 10.000 mètres carrés la possibilité d’artificialiser les sols pour (presque) toutes les grandes surfaces commerciales. Presque, oui, parce que sont exclus par la majorité LREM de cette obligation l’ensemble du secteur du e-commerce, qui sont les plus gros consommateurs de mètres carrés pour leurs entrepôts géants.

Les 54 députés macronistes qui ont osé se rebiffer contre cette décision inique ont été sommés de « rentrer dans le rang », à rebours de l’ensemble des autres groupes politiques au Parlement. Ils n’ont pas pu s’appuyer sur un rapport commandité par le gouvernement au groupe d’études France Stratégie, et dont Bercy a bloquée la parution, qui précisait la nocivité du secteur vis-à-vis de de l’emploi physique. Il y était inscrit en toutes lettres que « plus le commerce en ligne est fort dans un secteur, plus la baisse de l’emploi est marquée. »


Le e-commerce serait « rarement rentable »

La défense de cette exception donne à voir des contorsions verbales assez amusantes dans la bouche de leur défenseurs:

« Nous sommes dans un moment de transition, il est encore trop tôt pour taxer le e-commerce qui est encore en phase de développement et d’investissement et rarement rentable à la différence de la grande distribution qui est un business hyper mature et bénéficiaire (…) La question n’est pas de savoir si nous allons taxer le e-commerce mais quand. »

Mounir Mahjoubi, député LREM de Paris

L’histoire d’amour de Macron avec l’entreprise de Seattle, qui recrute chez nous – seulement 2.000 personnes par an, remonte à loin. En octobre 2017, Emmanuel Macron avait inauguré le centre logistique d’Amazon à Boves, dans la Somme. et sont L’entreprise américaine avait été la grand gagnante du confinement du 17 mars 2020. Coïncidence ou non, le Président de la République avait reçu à l’Élysée l’alors patron d’Amazon, Jeff Bezos, le 28 février 2020.
Pour ce qui est est du projet de Loi, c’est (comme d’habitude le Conseil Constitutionnel qui devra arbitrer sur l’exception du e-commerce dans la Loi de la République.

Un commentaire

  1. Menteur jusqu’au bout. Paris vitrine du construire propre, sain, respectueux, bas carbone, soucieux de l’épuisement des ressources, produits biosourcés … et au final béton en remplacement du bois et laines minérales à la place des produits biosourcés. On parlait d’entreprises locale et nous avons les majors du BTP…
    Alors le verdissement des centre commerciaux dans le même sens, on dit, on se fait élire et on fait l’inverse pour plaire à son conseil d’administration, oups, la grande finance.

Laisser un commentaire