Le chanteur de « Pendez les blancs » relaxé par la Cour d’appel pour vice de procédure

C’est grâce à un vice de procédure que le rappeur Nick Conrad, auteur notamment de « Je brûle la France » a été relaxé par la Cour d’Appel de Paris pour le clip « Pendez les blancs ». Dans ce clip on y voyait le rappeur, de 35 ans à l’époque, fourrer un pistolet dans la bouche d’un blanc et éclater sa tête sur un trottoir. Voici un extrait de cette oeuvre d’art :

«Je rentre dans les crèches, je tue des bébés blancs (…), pendez leurs parents, écartez-les pour passer le temps». «Fouettez-les fort, faites le franchement, que ça pue la mort, que ça pisse le sang».

Nick Conrad

Aujourd’hui, il a bénéficié d’une erreur de procédure sur le temps écoulé entre son audition et sa convocation au tribunal, qui a excédé les 3 mois réglementaires. Cette erreur de procédure avait déjà été évoquée en première instance, mais écartée par le Juge.


Un renvoi en cassation à l’étude

En mars 2019, son clip avait été condamné pour « provocation au crime » par le tribunal correctionnel à une amende avec sursis de 5.000 euros et des dommages et intérêts aux deux associations parties civiles, la Ligue Internationale Contre le Racisme et l’Antisémitisme et l’Alliance générale contre le racisme et pour le respect de l’identité française et chrétienne. Un procès en cassation est à l’étude à l’initiative de la LICRA. Espérons qu’il puisse avoir lieu.

2 commentaires

  1. Bizarre, bizarre! Quand Zemmour énonce des vérités dérangeantes, il est traîné en « justice » pour « incitation à la haine » sans erreur de procédure, de même le gifleur de Macron a été jugé en 2 jours,….

  2. Ok, la Justice. Vous serez remercié le moment venu.
    Il est clair qu’ici certains se font sur leur bottes.
    Certainement qu’ils sont atteints d’un mal profond.
    Il faudra donc une bonne purge pour les soigner et les aider à guérir.

Laisser un commentaire