La ministre du logement de Macron appelle à en finir avec la maison individuelle avec jardin, un « non-sens social »

La ministre du logement d’Emmanuel Macron, Emmanuelle Wargon, que nous avions épinglé pour sa maison à 1,5 million d’euros alors qu’elle défend la mixité sociale quoi qu’il en coûte (pour les autres) a clôt le 14 octobre la concertation sur le thème «Habiter la ville de demain» par ces mots :

Le rêve de 75% des français du pavillon avec jardin est «un modèle derrière nous» et n’est «plus soutenable» et mène à «une impasse». Elle considère que ce modèle dépend d’un «fonctionnement urbain dépendant de plus en plus de la voiture individuelle », d’«un non-sens écologique, économique et social».

Emmanuelle Wargon, cité par La Tribune, 14/10/2021

Comment cela s’appelle un pouvoir qui souhaite reprendre le contrôle du rêve des gens, déjà ?

Un commentaire

  1. C’est ça, entassons nous dans des grottes de bétons inhumaines hautes de 20 étages, sans âme, sans aucun bénéfices et énergies positives de la Nature, sans même de soleil pour se reposer en se régénérant à ses rayons merveilleux.

    Le résultat d’une telle vie « moderne » et artificielle malsaine, c’est la dégénérescence, c’est la perte des valeurs saines et édifiantes, du contact avec la Nature et le réel, avec le ciel étoilé, avec tout l’Univers, et la conversion de l’homme en zombie malveillant et de plus en plus pervers, comme on le constater crûment tristement, et de plus en plus, dans toutes les mégapoles du monde.

    Ce n’est pas un hasard, si un certain nombre de citadins quittent les grandes agglonmé.ations pour aller vivre à la campagne ou dans l’arrière pays. La qualité de vie y est incomparable. Mais non, Emmanuelle Wargon veut entasser les gens comme on entasse des objets…

Laisser un commentaire