(Vidéo) Les macronistes ont tenté de donner de l’argent contre la perte de circonscriptions pour le Modem en 2017

En mai 2017, François Bayrou est un homme heureux: 3 ans après que le parti les Républicains ne l’ait aidé à devenir maire de Pau, il a contribué à faire élire Emmanuel Macron contre François Fillon.
Il a surtout réussi à faire réserver pour les législatives 144 circonscriptions pour son parti, le Modem, directement auprès du Président de la République. Mais, patatras! Quelques jours plus tard, Richard Ferrand, leader de LREM, annonce que ce chiffre se limitera à 16 circonscriptions. L’élu béarnais voit rouge. Lors de la cérémonie d’investiture d’Emmanuel Macron, il manque même d’en venir aux mains avec Richard Ferrand, information passée inaperçue à l’époque (Europe 1).


« Certains macronistes ont «sous-entendu qu’ils pouvaient payer […] pour compenser»

Pour faire tourner un parti politique, rien de tel que des élus. Et donc, pour arrondir les angles, comme le dévoile les journalistes d’investigation Fabrice Lhomme et Gérard Davet dans leur livre consacré à Macron « Le traître et le néant« , Bayrou s’est vu proposer une compensation financière, à hauteur de 4 millions d’euros. Il le dit ouvertement:

« Des mots malheureux ont été prononcés en disant ‘si vous n’avez le nombre de députés on peut vous garantir des ressources‘ (…) Mais ce sont des pratiques que nous n’avalisons pas»

François Bayrou, déclaration à Europe 1, 13 octobre 2021

De son côté, Richard Ferrand affirme qu’il n’était pas au courant d’un tel marché (Huffington Post, 17/10/2021).

Au final, pour les législatives, remportées par la république en marche, c’est une cinquantaine d’investitures avec la photo du président de la République qui ont été accordées au Modem. Et Bayrou deviendra un éphémère ministre de la Justice, rattrapé par celle-ci pour l’affaire des eurodéputés Modem.

Un commentaire

Laisser un commentaire