Sur les réseaux sociaux en France, le discours salafiste est majoritaire dans les messages sur l’Islam

C’est sur ces quatre grands réseaux sociaux: Twitter, Facebook, Instagram et TikTok, que le gouvernement tente de mesurer depuis le début d’année la teneur des messages en rapport avec l’Islam.

Ses conclusions sont sans appel: une majorité des contenus disponible sur ces réseaux en lien avec l’Islam étaient « connectés » à la sphère salafiste – sphère dite de la « djihadosphère » qui compterait une vingtaine de comptes influents, que ce soit des personnalités ou des associations cultuelles.


Trier entre l’Islamisme et l’Islam véritable, un véritable sacerdoce dans une République laïque

C’est le travail quotidien de la quinzaine de membres (anonymes, évidemment) de l’Unité de contre-discours républicain rattaché au Comité interministériel de la Prévention de la Délinquance et de la Radicalisation créé par Marlène Schiappa après l’assassinat de Samuel Paty, qui non seulement brasse des milliers de messages, mais poste aussi des messages de réponse contre les lanceurs de haine, qu’ils soient islamistes ou d’ultra-droite (l’ultra-gauche n’est jamais citée par la ministre).


« Ca ne marche pas », et c’est un membre du gouvernement qui le dit

« Il faut répondre à ces discours » et produire « du contenu propre prônant les valeurs de la République » (…) Son ambition « n’est pas forcément de convaincre« 

Marlène Schiappa, France Inter, 15 octobre 2021

Au sein même du gouvernement, on trouve Cédric O, secrétaire d’État chargé du Numérique qui mettait en doute la lucidité de sa collègue: « La contre-propagande ça ne marche pas. Ça n’a jamais marché. », disait-il sur France Info le 25 octobre 2020. En attendant, ce n’est pas la dernière fois que les impôts des français servent pour des choses qui ne marchent pas.

2 commentaires

  1. Il n’est pas à la République de faire un travail de recherche qui est et qui est pas salafistes dans les imans. Cela revient aux musulmans qui souhaitent que leur religion puissent rester en France, si cela n’est pas fait dans le trimestre toute présence de l’islam doit être interdite ainsi que toute nourriture halal.
    Aux musulmans de faire le bon choix donc le bon tri.

  2. Le salafisme : à interdire dès que possible, et en renvoyant ces gens d’où ils viennent.

    Une news signifiant que de moins en moins il va y avoir une « différence » entre islam et islamisme, il faut bien le comprendre.

Laisser un commentaire