La mairie communiste d’Allonnes ne faisait pas payer de loyer à la mosquée qui prônait le djihad

Sous la pression de l’opposition, le maire communiste d’Allonnes, dans la Sarthe, Gilles Leproust, a finit par lâcher le morceau, mercredi 3 novembre 2021.

Oui, la salle communale Yvon Luby était cédée gratuitement (NB: ni eau, ni électricité à payer, seulement le nettoyage) à deux associations cultuelles musulmanes aujourd’hui menacées de dissolution pour leurs appels à la violence dans des prêches enflammées.

La fermeture de la mosquée a d’ailleurs été annoncée par le ministère de l’Intérieur le 26 octobre 2021, pour avoir exalté récemment «le recours au jihad armé, la mort en martyr, la commission d’actes de terrorisme et le recours à la violence».

Et la défense de l’édile communiste est confondante pour lui : en prétendant pour cette mosquée ne bénéficiait que d’«un traitement identique à celui de l’église d’Allonnes», il escamote la loi de 1905 sur le financement des lieux de cultes, qui ne s’applique pas aux bâtiments construits après sa promulgation, ce qui est le cas de la salle Yvon Luby, construite il y a 12 ans.

Un commentaire

  1. Une honte nationale de plus. Une soumission de plus, avec nos impitq. Il faut que ca s.arrête. Ce maire, plurot que de l’élire, il faudrait le juger. C.est du détournement de fonds publics déguisé….

Laisser un commentaire