Les futurs terroristes du 13 novembre avaient bien été identifiés par François Hollande

C’est à la barre, devant la cours d’Assises de Paris, que François Hollande, cité comme témoin parmi les familles de victimes, a fait un début de droit d’inventaire.

Il était auditionné dans le cadre des attentats du 13 Novembre 2015 et devait se justifier dans son combat de l’époque contre l’organisation Etat islamique.

D’après Salah Abdeslam, seul terroriste survivant de cette épouvantable soirée faisant 131 morts, la France aurait été prise pour cible suite à la déclaration de François Hollande d’attaquer l’Etat islamique.

Pendant 4 heures, l’ancien secrétaire du PS, s’efforcera d’expliquer les prises de décisions le soir du 13 novembre et de quelle manière la France luttait contre le terrorisme islamique. L’ancien Président tente d’expliquer que la France a été attaquée « pour ce que nous représentons » et « non pour ce que nous faisions »… »on nous a fait la guerre et nous avons répondu ».

François Hollande peine à convaincre que tout le nécessaire avait été fait pour suivre ces individus affiliés à Daesch.

« La veille ou l’avant-veille, nous avions connaissance des individus, mais nous ne pouvions imaginer qu’ils allaient agir »« Nous savions qu’il y avait des opérations qui se préparaient, que dans le flux de réfugiés, il y avait des terroristes »….

François Hollande – 10 novembre 2021

Rappelons qu’en septembre 2015, France Inter écrivait que les terroristes parmi les migrants était un fantasme.

Rappelons également que Hérault Emmanuelle, Une députée censurée par twitter pour avoir rapppelé d’un terroriste qu’il était un « migrant »





Un commentaire

  1. Et voilà, quand on commence à supputer ou à utiliser des moyens de chiromancie, on s’éloigne de ce qui doit être fait. Le résultat la France est profondément endeuillée.

Laisser un commentaire