L’ancien camarade de promo de Macron, Mathias Micherat, élu à la tête de Sciences Po à la stupéfaction générale

La gauchisation de la naguère prestigieuse IEP dite « Sciences-Po » ne va pas se ralentir, bien au contraire. A l’issue de deux jours de vote, c’est Mathias Micherat, 42 ans, un ancien de la promotion d’Emmanuel Macron à l’ENA (NB: un hasard sans doute) qui a été élu pour succéder à Frédéric Mion, qui a été balayé par le scandale Olivier Duhamel.

Le profil de Micherat est éloquent : militant altermondialiste en créant une antenne d’ATTAC ou en faisant parti de l’UNEF, il a travaillé successivement aux cabinets de Bertrand Delanoë et d’Anne Hidalgo à la Mairie de Paris. Passé dans le privé, il a travaillé comme directeur de la stratégie de la SNCF et comme secrétaire général de Danone.


Une procédure truquée ?

Du yaourt à la formation des futurs élites du pays, beaucoup d’observateurs restent perplexes. L’élection s’est faite contre les deux favoris issus du monde académique : Christine Musselin, sociologue et enseignante à Sciences Po, et Olivier Faron, historien et administrateur du Cnam. Certains dénoncent même une injustice:

«Toute la procédure a été truquée sans vergogne pour qu’à la fin, il ne reste que la candidature de Mathias Vicherat, l’ami du Président, sans aucune expérience universitaire. Ils ont méthodiquement écarté toutes les candidatures sérieuses»

Un professeur de Sciences-Po, cité par Libération, 10 novembre 2021

Le poumon de la culture woke

D’autres s’enthousiasment que le monde de l’entreprise ne s’invite dans l’IEP. Toujours est-il, que, à peine aux commandes, c’est l’intersectionnalité qui soit mise en avant. Comme le dénonce Bruno Retailleau sur Twitter :

« En déclarant qu’il souhaite renforcer les études de genre, le nouveau directeur de Sciences Pô annonce la couleur. Celle d’une école qui va poursuivre sa dérive idéologique et qui ambitionne de devenir le poumon de la culture woke en France. Quelle tristesse ! »

Bruno Retailleau, Twitter, 12 novembre 2021

Du côté des résistants à la culture woke, c’est une veillée d’armes qui s’est d’ores et déjà organisée:

> Sur ce thème, lire aussi l’article de Maxime Tandonnet, Science po, le malaise républicain (12/11/2021)

Un commentaire

Laisser un commentaire