(Vidéo) Interview de Michel Barnier (1/9) L’agriculture

Le candidat à la présidentielle, Michel Barnier, a accordé à La Droite au cœur une interview exclusive en 9 parties. Dans cette partie, il parle de l’agriculture dont il a été ministre pendant 2 ans, de 2007 à 2009.

La Droite au cœur: Au salon international de l’élevage, vous avez déclaré vouloir «une agriculture forte, en relevant le défi de prix plus rémunérateurs pour nos agriculteurs» c’est-à-dire des «revenus complémentaires, à l’image des agriculteurs allemands dans les énergies renouvelables, la biomasse».
Est-ce à dire qu’il est impossible que les agriculteurs français puissent vivre de leurs seules productions, comme ils sont en droit de l’espérer ?

Michel Barnier: Oui, je pense que la France doit porter une ambition agricole très forte et j’ai dit notre ambition que nous soyons dans une vingtaine d’années, dans une quinzaine d’années, peut-être plus vite, devenue la première puissance économique agricole et aussi écologique. Ça veut dire décarbonées d’Europe. Et s’agissant de l’agriculture dont j’ai été le ministre, il faut à tout prix éviter la décroissance. On va avoir 9 milliards d’habitants sur la planète. On a aussi des besoins de souveraineté alimentaire chez nous en Europe et en France. Il faut qu’on produise plus, pas moins et qu’on produise mieux. Et moi je sais que c’est possible. Là aussi en jouant sur le contrat plutôt que la contrainte et en mettant ensemble les agriculteurs dans le dialogue vers un mouvement qui les conduira à moins user de phytosanitaires et à utiliser aussi des opportunités comme la biomasse ou le solaire. il faudrait – c’est une idée que j’avais lancé quand j’étais ministre de l’agriculture, il faut la relancer maintenant – aller vers l’autonomie énergétique des exploitations agricoles et comme en Allemagne apporter là, des revenus complémentaires aux agriculteurs au-delà de prix pour lesquels il faut se battre. Ça c’est un problème de dialogue entre les agriculteurs, le regroupement avec la grande distribution et moi je serai toujours du côté des agriculteurs.

Un commentaire

  1. Franchement, je ne comprend pas que vous relayiez ce type qui a trahi la France pendant tant d’années, et qui vient ensuite dire la gueule enfarinée, que l’Union Européenne est mauvaise pour la France pour diverses raisons (qui sont vraies).
    Chez les LR, seuls Éric Ciotti, Gilles Platret, et quelques autres sont crédibles. La grande majorité des autres sont des opportunistes girouettes, Xavier Bertran, Valérie Pécresse, et Michel Barnier en tête.

Laisser un commentaire