(Vidéo) Interview de Michel Barnier (8/9) Les retraites et la politique familiale

Le candidat à la présidentielle, Michel Barnier, a accordé à La Droite au cœur une interview exclusive en 9 parties. Dans cette partie, il parle de la question des retraites et du montant des pensions et esquisse les contours d’une politique familiale qui tourne le dos aux mesures anti-famille de Macron et de Hollande.

La Droite au cœur: Sur les retraites, monsieur Barnier, la promesse du candidat Macron de maintenir le pouvoir d’achat des retraites a été immédiatement oubliée dès son élection et le niveau de vie des retraités, particulièrement des classes moyennes, a baissé, d’autant qu’ils aident financièrement leurs enfants, leurs petits-enfants. Comment l’Etat peut-il les aider en retour ?

Michel Barnier: C’est clair que les retraités ont été maltraités par le pouvoir actuel : l’indexation, la CSG et que leur pouvoir d’achat a diminué, ce qui n’est pas normal, surtout qu’il était très faible, nous allons porter une réforme des retraites. En demandant un effort aux Français de travailler plus longtemps, l’âge de la retraite jusqu’à 65 ans par étape, quatre mois tous les ans, jusqu’en 2030 et ça, ça va donner des ressources pour l’État qui en a besoin et aussi des ressources pour sauvegarder le régime des retraites et aussi pour mieux payer les retraites, il doit plus y avoir dans notre pays de retraités qui ont une carrière entière qui ne touchent pas le SMIC comme retraite. Les retraites elles vont aussi avec la famille parce que les retraités et les futurs retraités seront plus assurés s’il y a une force de travail qui augmente, donc il faut souligner et encourager la natalité ce qui n’est plus le cas dans notre pays: on a détricoté, Monsieur Hollande puis Monsieur Macron, la politique familiale qui est au cœur de nos valeurs donc nous allons reconstruire une politique familiale en rétablissant le quotient familial au niveau où il était en 2012 en rétablissant l’universalité des allocations, en encourageant la garde d’enfants au-delà de 6 ans jusque sans doute 12 ans et en aidant et en relevant le plafond aussi des aides à domicile. 

Laisser un commentaire