AccueilImmigration(Vidéos) Témoignages: comment les immigrés voient la France et ce qu'elle devient

(Vidéos) Témoignages: comment les immigrés voient la France et ce qu’elle devient

Aujourd’hui, en France, un enfant sur trois est né d’au moins un parent étranger. C’est le très institutionnel comité France Stratégie avec des chiffres de l’INSEE* qui nous le dit, s’il y a 37,4% des jeunes de 0 à 18 ans (NB: il ne dispose pas d’une fourchette plus restreinte) sont nés de parents (NB: sans compter les grand-parents, donc) immigrés extra-européens en Ile-de-France, le record en la matière est détenu par certains quartiers de Clichy sous bois, avec un taux de 84%. En 30 ans, cette catégorie de français a jusqu’à doublée dans plusieurs villes de la Seine-Saint-Denis, comme Pierrefitte-sur-Seine. Dans certaines villes de Province, comme Saran, dans le Loiret, le nombre d’enfants d’immigrés extra-européens a été multiplié par huit entre 1990 et 2017.


Un micro-trottoir très révélateur

L’équipe de Livre Noir est allée pointer son micro dans les rues du Paris « populaire » et sa banlieue (Aulnay-sous-Bois, Trappes et Saint-Denis), puis dans les quartiers populaires de Marseille pour savoir auprès d’immigrés ou d’enfants d’immigrés, légaux ou non, quelle était leur vision de la France et de son avenir. Se sentent-ils en sécurité dans les rues? Reste-t-il des « blancs » dans certains quartiers?

Qui agresse les jeunes filles dans les quartiers? Que représente la France pour eux? Deux reportages explosifs.


Quand ce sont des socialistes qui le dise…

«Il y a des choses qui taraudent [les français], ils arrivent dans un train, ils voient des barbus, des gens qui lisent le Coran, des femmes voilées… (…) Comment peut-on éviter la partition? Car c’est quand même ça qui est en train de se produire: la partition.»

François Hollande, Président de la République, dans «Un président ne devrait pas dire ça» (Stock), 2016.

« Quand les quartiers se paupérisent, se ghettoïsent, il ne peut y avoir que des difficultés (…) On vit côte à côte, je crains que demain on ne vive face à face. »

Gérard Collomb, lors de la passation de pouvoir au ministère de l’Intérieur avec Edouard Philippe, le 3 octobre 2018

Qu'avez-vous pensé du contenu de cet article ?

Cliquez sur une étoile pour voter !

Note moyenne 0 / 5. Nombre de vote(s): 0

Soyez la première/le premier à voter

Thomas Yves
Thomas Yves
Responsable éditorial de la Droite au coeur depuis 2020. Intérêts: livres, politique, géopolitique, économie, déconstruction, séparatisme islamique.
Autres articles de cette catégorie:

Laisser un commentaire

Articles les + populaires

%d blogueurs aiment cette page :