AccueilInternationalEuropeValérie Pécresse au Figaro: "restaurer la fierté française"

Valérie Pécresse au Figaro: « restaurer la fierté française »

Dans une tribune au Figaro (Payant), intitulé «Congédier Noël, c’est congédier notre héritage européen», la candidate LR à l’élection présidentielle, Valérie Pécresse, loue les racines chrétiennes de l’Europe. Elle déplore que la commissaire européenne à l’Égalité Helena Dalli, souhaite renoncer l’UE, au nom de l’inclusivité, à toute référence au catholicisme (il y aurait des prénoms « trop chrétiens ») et aux fêtes de Noël. Ou que le Conseil de l’Europe fasse l’apologie du voile islamique sous l’influence ostensible des Frères musulmans. Tout cela, par-dessus le marché, pour ne pas stigmatiser les athées et les autres croyants.

« L’Europe est d’abord une civilisation avant d’être une construction, une culture commune avant d’être un marché commun (…) L’Europe sans racines ne peut qu’accoucher d’une Europe sans valeurs, ouverte à tous les nihilismes, offerte à tous les fondamentalismes, à commencer par le fondamentalisme islamiste. »

Valérie Pécresse, Le Figaro

« La fierté française est la condition indispensable au rassemblement et au redressement de notre pays »

Valérie Pécresse s’en prend également aux semeurs de honte, honte à la fois de notre Histoire, à travers le déboulonnage de nos statues ou la non-commémoration de nos héros mais aussi honte de nos traditions les plus simples, comme le Tour de France ou le sapin de Noël*. Cette honte empêche la France de s’aimer elle-même, sous le poids de la repentance. Et cet amour doit lui permettre de se surpasser, et d’accompagner un mouvement de redressement du Pays. Elle entend lutter contre « l’effritement de [nos] modes de vie sous les coups d’idéologues qui voudraient les effacer ».


Nommer l’ennemi

Enfin, elle nomme ces déconstructeurs de l’unité nationale : ce sont les wokistes, les indigénistes, les déboulonneurs de statues et les idéologues verts.

A ce stade, il nous faut citer le philosophe catholique Carl Schmitt: «L’ennemi ne saurait être qu’un ennemi public, parce que tout ce qui est relatif à une collectivité, et particulièrement à un peuple tout entier, devient de ce fait affaire publique»

Qu'avez-vous pensé du contenu de cet article ?

Cliquez sur une étoile pour voter !

Note moyenne 0 / 5. Nombre de vote(s): 0

Soyez la première/le premier à voter

Thomas Yves
Thomas Yves
Responsable éditorial de la Droite au coeur depuis 2020. Intérêts: livres, politique, géopolitique, économie, déconstruction, séparatisme islamique.
Autres articles de cette catégorie:

Laisser un commentaire

Articles les + populaires

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

+
%d blogueurs aiment cette page :