AccueilPolitiqueChristiane Taubira, le miroir aux alouettes de la Gauche

Christiane Taubira, le miroir aux alouettes de la Gauche

Elle a dit qu’elle se tenait disponible pour devenir candidate de toute la gauche. Déjà en 2007, elle trépignait dans l’ombre de Ségolène Royal. Un peu dans la veine de l’association « génération Z » qui soutenait Zemmour avant même qu’il ne pense être candidat, Christiane Taubira peut compter sur le soutien du collectif « Taubira pour 2022 » et sur des premiers sondages intéressants, notamment celui du nouvel institut de sondage officiel « Cluster 17 » qui la donne à 7% d’intentions de votes, contre 5% à Jadot et 2% à Hidalgo. Retour sur le parcours de Christiane Taubira, d’une égérie de gauche qui a le verbe haut et les coups bas.

L’indépendantiste Christiane Taubira, membre du Mouvement guyanais de décolonisation (MOGUYDE) dans les années soixante-dix, était partisan de la violence pour s’affranchir de la France, elle échappa même à la prison. Ce ne fut pas le cas de son mari de l’époque, Roland Delannon, emprisonné un an et demi à Paris après été reconnu coupable de préparer un attentat contre des installations pétrolières guyanais.


La pire ministre de la Justice

La prison, justement. Ministre de la Justice, c’est elle qui a signé l’arrêt du programme de construction des centres de détention décidé sous le mandat de Nicolas Sarkozy. Parmi les formules les plus emblématiques de son laxisme (son fils délinquant a bénéficié de ses interventions), on trouve celle-ci concernant les délinquants: « On ne les a pas envoyés sur la Lune, tout de même! »


Repentance à gogo

Entre-temps, députée de Guyane dès 1993 (et brillamment élue jusqu’en 2012), elle vote la confiance au gouvernement d’Edouard Balladur. L’année suivante, elle suit Bernard Tapie au Parti Radical de Gauche et devient députée européenne.

La députée Taubira a signé le 10 mai 2001 une Loi mémorielle dite « loi tendant à la reconnaissance de la traite et de l’esclavage en tant que crime contre l’humanité » qui met soigneusement de côté la traite négrière arabo-musulman, considérant que les «jeunes Arabes (…) ne portent pas sur leur dos tout le poids de l’héritage des méfaits des Arabes»*. Du coup, ils se sentiront beaucoup plus légers.

L’année suivante, elle se présente à la Présidentielle et ses 660.447 voix (2,32%) font cruellement défaut au socialiste Jospin (moins de 195.000 voix lui manquent pour accéder au second tour de 2002). Son programme (non plus) n’est pas socialiste: on y trouve notamment une Europe fédérale, un plafond des impôts et la retraite par capitalisation pour les hauts revenus.


Sa condamnation aux prud’hommes

En 2004, Taubira vote contre la loi d’interdiction des signes religieux à l’école. Cette même année, elle est condamnée pour licenciement abusif par le tribunal des Prud’hommes par son ancienne attachée parlementaire. Dans le dossier d’instruction, on trouve une toute autre « poésie » que celle dont elle se gargarise devant les micros. À ceux qui travaille avec elle, elle lance:

« Vous êtes une médiocre », « Je vous ai ramassé dans le ruisseau », « Vous ne vous rendez pas compte de la chance que vous avez de travailler avec moi »

Christiane Taubira (Le Point, 29//11/2012)

De 1998 à 2011, elle loue un appartement de 80 m2 dit de catégorie « intermédiaire » géré par l’Opac où elle réside avec ses deux enfants. Elle paie alors 986 euros par mois pour des revenus de député supérieur à 10.000 euros par mois.

Son moment de gloire viendra le 17 mai 2013, avec l’adoption du mariage et de l’adoption aux couples de même sexe, qu’elle qualifie de «réforme de civilisation». C’était l’engagement 31 du candidat François Hollande, un des rares qu’il aura tenu, et qui lui permis de fragmenter la droite.

Sa popularité est telle qu’elle se croit l’incarnation même de la gauche. Une gauche qui n’est plus qu’une chambre d’enregistrement des désirs individuels (Le PACS entrainant le mariage, le mariage la PMA, et demain, la GPA) au mépris du collectif.

Comme l’écrit si ironiquement Benjamain Sire :

« Si la présence dans le panel des personnalités préférées des Français avait quelque impact sur l’avenir politique, avant elle, Simone Veil, pourtant armée d’un vrai courage, d’une vraie histoire et de quelques convictions politiques, aurait dû enquiller les mandats de présidente ».

Benjamin Sire, Le Figaro abonnés, «Taubira, l’opportuniste Pythie d’une gauche moribonde», le 20/12/2021

Le 12 mars 2014, pensant prouver aux journalistes qu’elle ne savait rien du contenu des écoutes de Nicolas Sarkozy et son avocat Thierry Herzog, elle exhibe un document à la presse qui prouve l’exact contraire (France Info, 12/03/22014).


Le miroir aux alouettes

Ces derniers jours, aux Guyanais la considérant comme une sortie de messie, et dans un territoire faiblement vacciné (31% des adultes ont reçu leurs deux doses, le plus faible taux de tous les départements français), elle refuse de dire d’aller se faire vacciner. Elle se défend de toute irresponsabilité: « Je suis un responsable politique qui n’est pas en exercice et qui, par conséquent, ne dispose pas des éléments d’information qui lui permettraient formellement soit de donner consigne, soit de considérer qu’au vu de ces éléments d’information je considère que je tiens un propos responsable ». Bref, tel Ponce Pilate, elle s’en lave les mains.

Son entourage fait frémir : les indigénistes et racialistes Taha Bouhafs, Assa Traoré, Youssef Brakhni et Mehdi Meklat constituent une allergie pour la « gauche raisonnable » elle-même. Car sa tromperie est là: Elle incarne parfaitement une gauche qui a abandonné la lutte des classes pour la lutte des races pour paraphraser Pascal Bruckner comme en atteste ce tweet navrant sur les soi-disant violences policières dans l’affaire Théo:

« On casse d’abord du bamboula puis du bougnoul puis du jeune puis du travailleur puis du tout venant »

Christiane Taubira, Twitter, 10/002/2017

Comment peut-on espérer réunir les français autour d’un projet aussi stupide et haineux?

Qu'avez-vous pensé du contenu de cet article ?

Cliquez sur une étoile pour voter !

Note moyenne 0 / 5. Nombre de vote(s): 0

Soyez la première/le premier à voter

Thomas Yves
Thomas Yves
Responsable éditorial de la Droite au coeur depuis 2020. Intérêts: livres, politique, géopolitique, économie, déconstruction, séparatisme islamique.
Autres articles de cette catégorie:

Laisser un commentaire

Articles les + populaires

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

+
%d blogueurs aiment cette page :