AccueilInternationalLe tour de vis technologique du Parti communiste pour les parents d'élèves...

Le tour de vis technologique du Parti communiste pour les parents d’élèves chinois

Si le pouvoir chinois autorise ses concitoyens à avoir un troisième enfant depuis le printemps dernier, c’est qu’il sent que la démographie de son pays est son talon d’Achille. Alors que le nombre de naissances a chuté drastiquement en Chine, au point de rejoindre les chiffres de la révolution culturelle de 1961 (12 millions de naissances en 2020 et 10,62 millions de naissances en 2021), cinquante ans plus tard, les parents chinois doivent désormais faire face une “révolution culturelle technologique”, qui sert les mêmes principes: la Gloire du régime communiste et de son président à vie Xi Jinping, qui a dicté la Nouvelle Constitution en 2018.


Le secteur privé de l’éducation rayé de la carte

À côté de la surveillance de masse qui sous-tend un crédit social (une note donnée à chaque chinois en fonction de son respect des règles du régime, qui limite son degré d’intégration à la société) dans chacune des provinces du pays depuis 2018, une nouvelle Loi sur l’éducation de 6 chapitres et 55 articles, ambitionne depuis cet été l’évaluation étatique de l’éducation parentale à plein temps dans un pays ou beaucoup travaillent 6 jours sur 7. À ce titre, les cours privés sont désormais interdits à tous, et les parents défaillants sont forcés à suivre des stages de « redressement familial ».


La gloire du communisme triomphant

Il est du devoir des parents, sous peine de prison, d’enseigner aux enfants «l’amour du parti, de la nation, du peuple et du socialisme», en plus des cours d’accés à la pensée de Xi Jinping qu’ils doivent apprendre par coeur, et qu’il est interdit de critiquer, y compris pour les chinois à l’étranger, sous peine de rétorsion.

Les « mauvais parents » du point de vue du pouvoir chinois seront également désormais comptables des actes de leur progéniture: consommation de drogue, de sites internet interdits, de jeux d’argent ou absences à l’école sont maintenant pénalisés de fortes amendes (1/6ème du salaire médian) et jusqu’à 5 jours de prison.

Dans le même ordre d’idées, le gouvernement a décidé de limiter l’usage des jeux vidéos pour les mineurs à 3 heures par semaine, pour ne pas que leur pensée ne s’éloigne trop longtemps de leur « glorieux leader ». Une façon de casser la pratique du e-sport qui commençait sérieusement à inquiéter le pouvoir. Et les jeux conçus en Chine doivent être validés par l’organe de censure du parti communiste Chinois. On peut imaginer, même si l’industrie du jeu vidéo chinoise est à l’arrêt depuis ces nouvelles mesures, que Super Mario soit remplacé par Super Mao!

Qu'avez-vous pensé du contenu de cet article ?

Cliquez sur une étoile pour voter !

Note moyenne 0 / 5. Nombre de vote(s): 0

Soyez la première/le premier à voter

Thomas Yves
Thomas Yves
Responsable éditorial de la Droite au coeur depuis 2020. Intérêts: livres, politique, géopolitique, économie, déconstruction, séparatisme islamique.
Autres articles de cette catégorie:

Laisser un commentaire

Articles les + populaires

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

+
%d blogueurs aiment cette page :