AccueilSociétéÉcoleLa fin de la sélection aux lycées Louis-le-Grand et Henri IV, c'est...

La fin de la sélection aux lycées Louis-le-Grand et Henri IV, c’est vouloir “casser ce qui marche”

Avec la fin de la sélection sur dossiers dans les deux lycées parisiens Louis-le-Grand et Henri IV, Emmanuel Macron prouve qu’il est bien à gauche. Si le Président Macron est passé par Henri IV, il aura détruit la trace de son passage. En effet, le nivellement sera désormais la règle pour les classes de seconde. Finis les lettre de motivation, les entretiens avec les professeurs des futurs élèves, place au « vivre-ensemble » et au régime diversitaire.

«L’objectif affiché est de lisser le niveau des lycées parisiens».

Jean-Yves Chevalier, professeur en classe préparatoire à Henri IV, tribune à Marianne

Car désormais, pour entrer en seconde, ces deux établissements prestigieux ne pourront plus faire le choix eux-même mais seront intégrés dans le système automatisé de l’Education nationale Affelnet. Ce système intègre les spécialités du lycée, mais aussi et surtout un « indice de position sociale » de leurs parents.

Seule concession faite Louis-le-Grand et Henri IV, ils pourront faire appel à des collégiens en dehors des 4 ou 5 collèges environnants. Cette réforme menace également le système propre à Louis-le-Grand d’intégrer les tous meilleurs élèves des établissements difficiles.

«C’est un travail d’ingénierie sociale, on cherche à contourner en réalité l’échec d’un système scolaire qui est globalement médiocre en détruisant les seuls oasis de réussite. Quand on ne peut pas faire monter tout le monde, on abaisse l’ensemble : faut-il que Louis-le-Grand et Henri IV deviennent des ZEP ?»

Olivier Babeau, président de l’Institut Sapiens, le Figaro Abonnés

Et dans les deux établissements, qui comptent 300 élèves environ, comme par hasard, les directeurs des écoles n’ont pas été consultés. Et dans les lycées et les classes prépa, la résistance s’organise face à la réforme, sur les réseaux sociaux. Pour les parents qui veulent que leurs enfants aient le meilleur cursus possible, il n’y a plus de choix: c’est le privé et rien d’autres !

Qu'avez-vous pensé du contenu de cet article ?

Cliquez sur une étoile pour voter !

Note moyenne 0 / 5. Nombre de vote(s): 0

Soyez la première/le premier à voter

Thomas Yves
Thomas Yves
Responsable éditorial de la Droite au coeur depuis 2020. Intérêts: livres, politique, géopolitique, économie, déconstruction, séparatisme islamique.
Autres articles de cette catégorie:

Laisser un commentaire

Articles les + populaires

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

+
%d blogueurs aiment cette page :